ActualitéDernières nouvellesEnergies renouvelables

Énergie, médecine… : ces Algériens qui innovent dans le silence

Ils sont ingénieurs, pharmaciens, doctorants ou enseignants universitaires, ils viennent de différentes régions d’Algérie. Leur point commun, ils sont tous jeunes et férus de recherche, d’invention et d’innovation.

Invités à un mini-salon organisé fin mars en marge des assises nationales de l’économie de la connaissance au Centre international des conférences d’Alger, une dizaine de jeunes inventeurs algériens ont eu l’occasion de parler et de faire parler de leurs inventions, révolutionnaires pour certaines.

Les prototypes exposés concernent plusieurs secteurs, des énergies renouvelables à l’agriculture, en passant par la médecine et la physique des matériaux.

Leurs concepteurs viennent de toutes les régions du pays, d’Annaba, Sidi Bel-Abbès, Mila, M’sila… Le génie est partout et ces jeunes pourront dans un proche avenir valoir des avancées au pays dans divers domaines, pour peu qu’une réelle politique d’encouragement de l’innovation soit mise en place.

Les bonnes intentions ne manquent pas et c’est d’ailleurs dans le cadre de la nouvelle politique des pouvoirs publics en la matière que ces assises ont été organisées.

À l’inauguration, il y avait le Premier ministre Abdelaziz Djerad et tous les membres du gouvernement. Depuis son élection, le président Abdelmadjid Tebboune réitère à chaque fois la nécessité de passer du modèle rentier actuel vers une véritable économie de la connaissance.

Pour la première fois, un ministère délégué est dédié aux seules startups. Les quelques jeunes rencontrés par TSA au cours du mini-salon reconnaissent unanimement qu’il s’agit d’un pas vers l’avant, mais il faut que le tissu économique suive pour pouvoir concrétiser en projets industriels toutes les innovations qui se font dans les laboratoires.

Un éclairage public pas cher

Fouzi Berrahma est président de l’Académie nationale de l’invention et de l’innovation, une association nationale à caractère scientifique et économique qui dispose d’une base de données de 500 chercheurs et inventeurs.

Étant lui-même associé dans la startup Letisia qui a mis au point un dispositif d’économie d’énergie dans l’éclairage public, il plaide pour que le recours à ce type d’appareils soit inclus dans les cahiers des charges des organismes publics.

Souki Abdelhalim, l’inventeur du dispositif, assure qu’il permet de réduire la consommation d’électricité de 75 à 80 %. Un appareil peut faire en sorte que 50 à 100 lampes d’éclairage public consomment moins.

Éclairage public


Il permet aussi une meilleure longévité des lampes. C’est la startup elle-même qui le fabrique, mais pas encore à l’échelle industrielle. Elle a néanmoins déjà réussi à placer deux prototypes sur le marché, un au port de Skikda, un autre à Mostaganem. « Les factures de Sonelgaz confirment la nette baisse de la consommation », se félicite Fouzi Berrahma.

« On a un atelier qu’on espère développer pour couvrir tout le marché national. Nous voulons juste entrer sur le marché, il faut inclure cette technologie dans les cahiers des charges des marchés de l’éclairage public », dit-il.

En attendant, il a une idée, toujours ingénieuse : proposer l’appareil gratuitement aux communes qui ont des problèmes de trésorerie et partager avec elles les économies réalisées sur l’éclairage.

Éclairage public


Dr Mir Ahmed est directeur de l’incubateur de l’université de M’sila, le premier du genre en milieu universitaire en Algérie. Pas moins de 120 idées innovantes y sont couvées. Il est venu au salon du CIC d’Alger présenter une invention d’un de ses doctorants, Younès Kherbiche.

De l’énergie propre jour et nuit, c’est possible

Il s’agit d’un procédé de production d’énergie électrique de trois sources propres : solaire, hydrogène et magnétique. L’invention est brevetée à l’Institut national de la propriété industrielle (INAPI). Son intérêt, assurer la continuité de la production d’énergie en toutes circonstances, de jour, de nuit et par temps couvert.

« Le jeune inventeur est en phase de créer sa start-up pour fabriquer lui-même son appareil. Il a aussi reçu plusieurs offres, dont une entreprise privée de M’sila spécialisée dans le renouvelable. Il a également suscité l’intérêt du ministère de la Transition énergétique, il espère obtenir un financement », indique Dr Ahmed Mir.

Mir Ahmed, Younes Kherbiche, énergie hybride trois sources


L’intérêt des jeunes chercheurs algériens ne se limite pas aux énergies propres et renouvelables, même si la filière est en vogue.

Hachem Boudaoudi vient de Mila. Son invention peut sembler sans intérêt, mais elle peut rendre d’énormes services pour les agriculteurs.

Cet ingénieur en agronomie, sans emploi « stable » comme il le dit, a mis au point un outil qui permet une perforation rapide et propre du paillage plastique agricole. Il s’agit des bâches de nylon déployées dans les champs pour garder l’humidité du sol ou protéger les végétaux.

« J’ai constaté que certains agriculteurs perforent le paillage à l’aide d’un couteau. Alors j’ai mis au point cet outil qui, d’un geste simple, permet un travail propre. Il suffit d’appuyer sur la poignée pour déclencher le mécanisme, une scie circulaire incorporée », explique-t-il, ajoutant que sa petite machine n’a besoin d’aucune énergie pour fonctionner.

Outil de perforage paillage plastique agricole- Hachem Boudaoudi


Il l’a brevetée en Algérie et à l’étranger et attend toujours de trouver un industriel qui pourra la fabriquer. Faute de quoi, il prendra contact avec le fonds de soutien aux startups. Le jeune homme croit fermement qu’il y a une réelle volonté des autorités d’accompagner les jeunes innovants. Il assure qu’il a reçu un appel du ministre des startups en personne pour l’inviter à participer au salon.

La crise sanitaire, une aubaine pour l’innovation

Comme on le sait, la crise sanitaire de Covid-19 a permis à de nombreux jeunes d’étaler leur savoir-faire en contribuant à fabriquer des masques, des gels et autres accessoires de lutte contre la pandémie.

Les étudiants du laboratoire Apelec de l’université de Sidi Bel-Abbès ont mis au point des appareils innovants permettant la désinfection et la stérilisation de l’air et des surfaces.

Selon Kamel Naceur, du même laboratoire, les appareils développés permettent une désinfection maximale et éliminent  toutes les bactéries et virus.

Debili Mohamed Yacine est enseignant-chercheur en physique des matériaux à l’université Badji Mokhtar de Annaba. Lui, il est allé plus loin dans la recherche. Ce qu’il a mis au point est une première mondiale : un procédé révolutionnaire d’obtention d’un alliage aluminium-cuivre, utilisant la séparation après fusion à haute fréquence.

Seiko Mohamed Yacine, alliage aluminium cuivre


« C’est un matériau qui peut être utilisé dans l’aviation, l’automobile, la microélectronique, la téléphonie mobile, les batteries et même les industries militaires », assure-t-il.

En attendant l’homologation de son innovation par des centres de recherche, le chercheur affirme qu’il est en négociations avec des entreprises économiques.

Si beaucoup de chercheurs et d’inventeurs en sont encore à chercher des industriels intéressés, certains ont pris eux-mêmes les choses en main et ont commencé la production et la commercialisation. C’est le cas des fondateurs de la startup Isamed Technologie, spécialisée dans appareils antistress et antidouleur.

L’entreprise est fondée par Ziani Si Mohamed Chemseddine Mourad Benasmane, un docteur en génie médical qui a tout plaqué en Suède pour rentrer en Algérie.

« On s’adresse aux entreprises. Quand les travailleurs ont des douleurs et du stress, ça devient une tension, une mauvaise communication et moins de rendement », explique M. Ziani.

Ziani si Mohamed


L’entreprise a développé deux appareils, un pour mesurer le taux de stress et un autre pour définir si l’AVC vient d’un mauvais fonctionnement du cœur et une d’une tachycardie due au stress.

Sur sa décision de rentrer en Algérie après plusieurs années en Suède, Benosmane affirme ne rien regretter : « Je suis rentré parce qu’il y a un marché potentiel ici et parce que le savoir que j’ai acquis peut servir mon pays. Si on est vraiment bosseur, on peut garder le contact avec les laboratoires internationaux. S’il n’y avait pas le corona, je pourrais partir demain pour faire une expérience. Ce n’est pas soit on reste, soit on part. Non on peut garder un pied de chaque côté. » Là aussi, le jeune chercheur a trouvé sa formule.

TSA

Author Details
Sorry! The Author has not filled his profile.
×
Sorry! The Author has not filled his profile.
Latest Posts