Dernières nouvellesEnergies renouvelables

Signature d’une convention entre le ministère de l’Intérieur et le CEREFE

Le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire et le Commissariat aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique (CEREFE) ont signé ,mardi à Alger, une convention de coopération permettant la mise en place d’un cadre de travail et de concertation reposant sur la valorisation des expertises et des compétences dans le domaine de la transition énergétique au profit des collectivités locales.

Signée au siège du ministère par le Secrétaire général du ministère de l’Intérieur, Abdallah Moundji et le Commissaire aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique, Noureddine Yassaa, cette convention devra permettre au plus grand nombre possible de wilayas et de communes à travers le pays de tirer profit de l’expertise du Commissariat en matière d’appui et d’assistance à l’élaboration et à la mise en œuvre des plans énergétiques communaux et au développement d’outils d’orientation, de cahiers des charges et de guides méthodologiques pour garantir la durabilité des installations.

Les collectivités locales pourront dans le cadre de cette convention bénéficier d’un accompagnement en matière de contrôle de la qualité des équipements et l’amélioration des mesures de gestion de la consommation énergétique et autres activités y afférentes.

Intervenant à cette occasion, M. Moundji a salué les efforts déployés par le Commissariat pour la relance et le développement du secteur de la transition énergétique et des énergies renouvelables, « dans le cadre des instructions données par le Président de la République, M. Abdemladjid Tebboune pour placer les énergies renouvelables en tête des priorités nationales et poursuivre les efforts pour rationnaliser la consommation nationale en énergie, de manière à garantir la durabilité de l’indépendance économique du pays et à concrétiser le développement durable ».

« Nous amorçons un tournant décisif dans l’histoire de notre pays qui nous impose de prêter attention aux défis environnementaux et énergétiques, et de passer, en un temps record, d’une économie à production unique basée sur le pétrole à une économie diversifiée qui repose sur l’initiative économique et l’innovation sur tous les plans », a-t-il soutenu.

En matière de transition énergétique, M. Moundji a précisé que la tutelle avait tracé une feuille de route applicable au niveau des collectivités locales dans le cadre du nouveau modèle de consommation énergétique basé sur la réduction de la facture d’électricité et des émissions des gaz à effet de serre.

Cette nouvelle tendance permet, subséquemment, la création d’un réseau de nouvelles start-up et, partant, d’emplois au profit des jeunes entrepreneurs.

De surcroît, la feuille de route s’appuie sur un programme d’investissement axé sur les biens des collectivités locales (écoles dotées d’appareils fonctionnant aux énergies renouvelables, mosquées vertes, conversion des véhicules aux carburants propres, éclairage public efficace, édifices intelligents), a indiqué le SG du ministère.

Il s’agit également de l’approvisionnement des zones d’ombre en électricité à partir de sources propres, l’accompagnement des collectivités locales à travers la sensibilisation et l’organisation de sessions de formation au profit des cadres et des producteurs locaux.

 Dans le cadre de cette stratégie, le ministère s’emploie au développement de la coopération, au niveau interne, avec les diverses institutions publiques activant dans la transition énergétique en vue de partager les success-stories, promouvoir les compétences des parties prenantes, et continuer à développer les textes réglementaires pour mettre en place un dispositif incitatif, a-t-il expliqué.

Pour sa part, M. Yassa a affirmé que cette convention avait pour but de développer l’utilisation des énergies renouvelables au niveau local, estimant que la coopération permettra de créer plusieurs sociétés à l’échelle nationale par les nouveaux diplômés formés notamment en production de systèmes et appareils fonctionnant grâce aux énergies renouvelables.

La convention signée aujourd’hui a également pour objectif l’accompagnement du ministère de l’Intérieur dans le cadre des projets programmés dans la feuille de route en vue de mettre en œuvre les instructions du Président de la République relatives au raccordement des zones d’ombre en énergie solaire et à l’éclairage public, a-t-il ajouté.

Il s’agit principalement à travers cette coopération entre le ministère et le Commissariat de concevoir les projets inscrits dans le cadre de la transition et l’efficacité énergétiques, dans le respect des normes requises pour réduire le coût et parvenir à une meilleure efficacité, poursuit le même responsable, soulignant que le Commissariat possède des cadres ayant une expérience avérée en matière d’accompagnement des collectivités locales au niveau national.

La convention prévoit aussi l’organisation de cycles de formation au profit des cadres centraux et locaux, a-t-il affirmé, saluant, dans ce sens, les efforts consentis par le ministère de l’Intérieur en matière de transition énergétique, de rationalisation de consommation, de création des petites entreprises et des postes d’emploi au niveau local.

A cette occasion, des cadres du ministère de l’Intérieur ont fait une présentation sur la stratégie arrêtée en matière de transition énergétique au niveau local, dans laquelle, ils ont mis l’accent sur la nécessité de rationaliser la consommation national en énergie , rappelant que la facture énergétique s’était élevée en 2017 à 27 mds DA soit 5% du budget des communes.

APS

Author Details
Sorry! The Author has not filled his profile.
×
Sorry! The Author has not filled his profile.
Latest Posts