Dernières nouvellesEnvironnement

Zones humides d’El Tarf: sur les traces des paradis ornithologiques

 Sur les traces des paradis ornithologiques de la wilaya d’El Tarf, des  sorties aux  lacs Mellah, bleu, Tonga, Oubeira, le lac des oiseaux, constituant les zones humides de cette wilaya sont organisées depuis quelques jours.

Elèves des différents paliers de l’éducation, stagiaires des centres de formation professionnelle et amoureux de la nature, passionnés d’ornithologie, sont invités à un voyage alliant passion et sensibilisation, dans le cadre de la célébration de la journée mondiale des zones humides coïncidant annuellement avec le 02 février.

Plus de 200 amoureux de la faune et flore en quête de découverte des nombreux oiseaux d’eaux fréquentant ces refuges privilégiés et adaptés pour leur nidification, notamment les espèces rares, ont visité, en l’espace de deux journées, les lacs des oiseaux et Tonga, a constaté l’APS sur place.

Les visiteurs ont pu voir et vivre des moments d’émerveillement à la vue des milliers de volatiles dont les canards siffleurs, les sarcelles d’hiver, le grèbe castagneux, l’érismature à tête blanche, le canard colvert, le grand cormoran et la mouette rieuse, source de curiosité aussi bien des familles accompagnées de leurs bambins, actuellement en vacances d’hiver, que celle des ornithologues et autres experts.

La cheffe de bureau des espèces protégées, de la chasse et des activités de chasse à la conservation des forêts, Samiha Bentrad, a souligné que des cours pédagogiques dédiés à l’importance de cette richesse naturelle constituant les zones humides d’El Tarf, et à la nécessité d’œuvrer pour la protection des sites classés sont dispensés à l’attention des jeunes visiteurs, ravis également de participer à une observation ornithologique, impressionnante à souhait.

Pour les membres de l’association nationale de protection de l’environnement, ces sorties sont également des actions de sensibilisation à l’égard des visiteurs venus de divers horizons et sont mises à profit pour lancer des campagnes de nettoiement et de plantation d’arbres dans une ambiance bon enfant.

De la symbolique de la célébration des zones humides, les guides des lieux, cadres de la conservation des forêts, ont rappelé aux jeunes notamment que le 2 février commémore la signature de la convention sur les zones humides en 1971, dans la ville iranienne Ramsar et interpelle sur l’importance de la préservation de la richesse variée et diversifiée dans cette wilaya de l’extrême du Nord Est du pays qui compte dix (10) sites classés Ramsar.

 

Plus de 31.000 oiseaux d’eau dans les zones humides classées

 

L’opération de recensement hivernal international des oiseaux d’eau pour l’année 2021 s’est soldée au niveau des différentes zones humides classées Ramsar à El Tarf par le dénombrement de 31.405 oiseaux aux lacs Mellah, bleu, Tonga, Oubeira, celui des oiseaux ainsi que des sites d’Ain Allem à Dréan, relève Mme Bentrad, également responsable du groupe du réseau d’observation ornithologique.

Selon la même source, la richesse spécifique maximale, soit 26 espèces, a été relevée au niveau de la Marais de la Mekhada, l’une des plus importantes zones humides s’étalant sur 8.900 hectares et englobant les localités du Lac des oiseaux, Sidi Kaci et Berrihane.

« Un total de 15.405 individus a été observé au niveau de ce site où l’ensemble des conditions, alimentation, climat, gite  favorisent le séjour de diverses espèces d’oiseaux », a-t-elle soutenu détaillant que l’espèce la plus représentative demeure la sarcelle d’hiver, avec un total de 4.698 individus recensés.

Aussi, au lac Tonga, s’étendant sur 2600 hectares, la richesse spécifique maximale a atteint 19 espèces, totalisant 7.361 oiseaux dont 3.471 de foulques macroules.

Au lac Oubeira (2.200 hectares) où 1001 individus ont été recensés, représentant 13 espèces, le canard siffleur a dominé les lieux avec 460 individus recensés, alors qu’ au lac des Oiseaux (40 hectares), une population de  895 oiseaux a été observée regroupant  13 espèces.

S’agissant des sites non classés, à l’image de ceux dépendant des localités de Ain Allem (1et 2) et des barrages de Cheffia (Boutheldja, Bougous et Mexa, ayant été ciblés par l’opération de recensement des oiseaux d’eau, Mme. Bentrad a fait état d’un total de 1.218 individus recensé de différentes espèces confondues, attirées par le confort assuré au niveau de ces gites, principalement la nourriture abondante.

Les espèces les plus représentatives étaient notamment la mouette rieuse, le grand Cormoran, le canard colvert et la foulque macroule, a-t-elle relevé.

Les zones humides d’El Tarf, notamment ses six sites constituant un complexe de 16.992 ha, unique en son genre au niveau du parc national d’El Kala (PNEK) forme la zone la plus importante et la plus diversifiée au niveau de la Méditerranée .

Elles constituent également la zone d’hivernage du Maghreb pour l’avifaune migratrice eu égard à sa position géographique, située sur la voie de migration du paléarctique occidental, et qui accueille plus de 2 /3 des populations d’oiseaux qui hivernent ou font une halte en Algérie avant de poursuivre leur traversée.

APS

Author Details
Sorry! The Author has not filled his profile.
×
Sorry! The Author has not filled his profile.
Latest Posts