ActualitéDernières nouvellesEnergies renouvelables

Energies renouvelables: un bilan « très honorable » pour la CEREFE

ALGER- Le Commissariat aux Energies Renouvelables et à l’Efficacité Energétique (CEREFE) a dressé son bilan après une année de sa création le qualifiant de « très honorable », selon un communiqué de cette instance publié samedi.

Mis en place au mois de novembre 2019, la même source explique que le parcours du CEREFE a été réalisé grâce au soutien des services du Premier ministre auquel il est rattaché.

Un soutien qui a permis, selon le communiqué, au CEREFE de finaliser assez rapidement toute les procédures administratives et organiques, inhérentes à son statut d’établissement public doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière.

Parmi les réalisations du CEREFE, l’installation et la tenue de la première réunion de son Conseil Consultatif, « constitué d’éminents experts de renommée internationale », précise le communiqué.

Le Commissariat a participé à plusieurs conférences nationales et internationales, à l’instar de la COP25 sur les changements climatiques, les réunions Gouvernement-Walis, la Conférence sur la relance économique, lit-on dans le document.

Le CEREFE a, en outre, animé des conférences-débats sur le développement des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique dans notre pays.

Le Conseil d’administration du CEREFE a déjà pu tenir deux réunions, malgré le contexte très particulier induit par la crise sanitaire Covid-19, ce qui a permis de mettre en place les structures de base nécessaires au bon fonctionnement du CEREFE (organisation interne, budget de fonctionnement, recrutement des cadres dirigeants) et lui permettre d’entrer de plein pied dans le vif du sujet quant à ses missions centrales, détaille le communiqué.

Le CEREFE s’est attelé, en sus, à établir en premier un état des lieux exhaustif quant à la situation dans le pays en la matière, sachant que les deux secteurs d’intérêt, soit les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, ont souvent évolué de manières désordonnées et n’ont à aucun moment fait l’objet d’évaluations crédibles, a-t-on ajouté.

Des groupes de travail sectoriels et intersectoriels ont pu être constitués, après avoir reçu les éléments d’information requis en réponse aux questionnaires qui ont été adressés aux divers secteurs concernés, et certains groupes ont pu tenir leurs premières réunions, avant l’entrée en vigueur des astreintes liées au Covid-19 au niveau national, abonde le communiqué.

En Parallèle, une large réflexion a été entamée au niveau du Commissariat, afin de « passer en revue et analyser les expériences les plus significatives mises en avant à travers le monde », en vue d’en tirer les enseignements pouvant aider localement à l’ébauche d’une stratégie intégrée de transition énergétique appropriée pour le pays et ses spécificités, souligne le CEREFE.

Contribution à l’élaboration des 6èmes rapports d’évaluation du GIEC

D’autre part, le Commissaire du CEREFE, M. Noureddine Yassaa, étant membre élu du Bureau du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat, un organisme des Nations Unies chargé d’évaluer la science liée aux changements climatiques), contribue à l’élaboration des sixièmes rapports d’évaluation du GIEC devant être publiés en 2021-2022, souligne le communiqué.

Ajoutant que trois rapports spéciaux auxquels M. Yassaa avait contribué ont été déjà publiés en 2018 et 2019. De plus, le Commissaire du CEREFE est impliqué dans l’élaboration des rapports sur les énergies renouvelables, les changements climatiques et le développement durable dans le continent africain.

Le CEREFE a, notamment, mis en place, ses structures d’information et de communication (site web, messagerie électronique, portail, facebook, twitter, linkedin, …), relève le Commissariat.

A noter que le CEREFE a récemment publier son premier rapport annuel (édition 2020) intitulé « Transition Énergétique en Algérie : Leçons, Etat des Lieux et Perspectives pour un Développement Accéléré des Energies Renouvelables ».

Ce premier rapport du CEREFE est considéré par beaucoup d’observateurs initiés dans le domaine comme « une référence et une base de travail » susceptible d’aider à accélérer le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique dans notre pays, conclut le communiqué.

APS

Author Details
Rédactrice web, traductrice
×
Rédactrice web, traductrice