Chitour: l’université appelée à s’impliquer dans la vie économique et industrielle

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Chems-Eddine Chitour a mis en avant lundi à Alger la nécessité, pour l’université, de s’impliquer dans la vie économique et industrielle, compte tenu du rôle important de l’intelligence du savoir dans la création de la richesse.

L’université algérienne « souffre de la marginalisation » et « il est grand temps pour elle de s’impliquer, à l’instar des autres pays, dans la vie économique et industrielle car le pays a besoin, aujourd’hui, de l’intelligence du savoir », a mis en avant M. Chitour lors de la présentation du projet de loi d’orientation sur la recherche scientifique devant les membres du Conseil de la nation.

Rappelant qu’un taux de 0.58% seulement du PIB est dédié la recherche scientifique dans notre pays, le ministre a souligné qu’il n’était plus possible de continuer sur cette voie, avant d’appeler à l’ouverture de la recherche scientifique au secteur privé.

Il a mis en exergue, par là même, l’importance de renforcer la coordination Université-entreprises économiques à travers l’accompagnement des start-up et l’encouragement de la recherche scientifique qui « demeure en deçà du niveau recherché aussi bien sur le plan quantitatif que qualitatif ».

Concernant le projet de loi présenté devant les membres de la chambre haute du parlement, M. Chitour a rappelé que la création du Conseil national de la recherche scientifique et des technologies, institué par la Constitution de 2016 et chargé de missions autrefois confiées aux Conseil national de la recherche scientifique et technologique et au Conseil national d’évaluation, « exige par la force de la loi la modification de certaines dispositions contenues dans la loi d’orientation sur la recherche scientifique et le développement technologique ».

« Les amendements portent essentiellement sur la reformulation des articles 17, 18, 29 et 30 de la loi d’orientation sur la recherche scientifique et le développement technologique, pour « éviter le dualisme juridique figurant dans le texte de loi, d’autant que les dispositions desdits articles renvoient toutes au Conseil national », a-t-il rappelé.

APS

Author Details
Sorry! The Author has not filled his profile.
×
Sorry! The Author has not filled his profile.
Latest Posts
    The User does not have any posts