Un programme de développement de l’énergie renouvelable au Sud du pays

Dimanche 5 mai 2019

Un programme visant à réduire la dépendance vis-à-vis de l’énergie fossile (gaz naturel et Gasoil) dans la perspective de passer aux énergies renouvelables a été lancé dans le sud algérien, a révélé dimanche à l’APS le président directeur général de la société SKTM (Sharikat Kahraba wa Takat Moutajadida), filiale du Groupe Sonelgaz, chargée des énergies renouvelables.

Pour ce faire, l’entreprise s’emploie à poursuivre sa dynamique de développement par le renforcement des moyens de production dans plus d’une trentaine de localités du grand Sud et le lancement de nouveaux projets de valorisation énergétique solaire et éolien, a affirmé Chahar Boulakhras, en marge d’une cérémonie de remise de distinctions aux meilleurs travailleurs de la SKTM à l’occasion de la fête du 1er mai.

Pour réduire la dépendance des énergies fossiles dans le Sud pour la production d’électricité, l’Algérie s’est lancée dans un vaste programme de production d’énergies électriques selon une technologie qui associe énergies renouvelables (solaire et éolienne) et combustible fossile (Gasoil), a expliqué le PDG de SKTM.

Une production de 50 mégawatts selon la technologie hybride qui associe les énergies renouvelables et le combustible fossile sera lancée en juillet prochain, a indiqué M. Boulakhras précisant que cette production vise à réduire la dépendance des centrales électriques du Sud de l’énergie fossile et le coût du transport de cette énergie fossile vers les centrales.

La réduction de la consommation du gasoil des turbines et générateurs de production d’électricité conventionnelle permet, en outre, de diminuer l’émission de gaz à effets de serre et la pollution, a-t-il ajouté.

L’entreprise SKTM compte renforcer la production énergétique substantielle au niveau d’une trentaine de localités du sud par une production de 300 mégawatts, afin d’améliorer la qualité de service dans ces localités.

Actuellement, la production énergétique en Algérie provient de 70% des centrales alimentées par les combustibles fossiles (Gaz et Gasoil) et 30% de production d’énergies propres et renouvelables.

L’Algérie s’est fixée pour objectif de réduire et renverser graduellement cette tendance par des actions concrètes, basées sur le développement à grande échelle des énergies renouvelables et le renforcement de l’efficacité énergétique, a-t-il poursuivi.

La société "SKTM", dont le siégé social est à Ghardaïa, a été créée en 2012 pour prendre en charge la production d’électricité conventionnelle pour les réseaux isolés du Sud et des énergies renouvelables pour le territoire national.

Elle gère actuellement 80 centrales de productions d’énergie électrique.

APS

Partager l'article:


Un programme de développement de l’énergie renouvelable au Sud du pays

Les articles les plus récents dans 00. Actualités

Les articles les plus populaires