Mobilité universitaire des doctorants :Le programme PHC Tassili relancé

Mercredi 24 avril 2019

L’appel à ce programme a été publié sur tous les sites des universités algériennes et la clôture des candidatures a été fixée au 24 mars dernier.

Il s’agit des projets Tassili qui s’adressent aux doctorants. « Les projets Tassili sont des projets bilatéraux entre des équipes de recherche de l’Algérie et la France autour d’une thématique bien définie. Ce sont des projets ‘‘Formation/Recherche” », nous explique Nadia Ykhlef, vice-rectrice à l’Université Frères Mentouri de Constantine (UFMC), qui en est un partenaire.

La responsable des relations extérieures, de la coopération, de l’animation, de la communication et des manifestations scientifiques nous a indiqué que pour cette année, l’UFMC a enregistré deux candidatures : « L’implication de l’UFMC dans les différents projets internationaux remonte à plusieurs années, outre les partenariats bilatéraux et multilatéraux, le programme Tassili a été relancé pour la période allant de 2016 à 2019.

Le partenariat Hubert Curien (PHC) Tassili est un programme de coopération algéro-français. Il apporte un soutien à des projets de recherche conjoints sur une durée de 3 ans. Le financement porte notamment sur la mobilité de jeunes doctorants algériens au sein de laboratoires français et celle de chercheurs français et algériens entre la France et l’Algérie. »

Les différents types de projets

Le PHC soutient le développement d’une coopération scientifique de haut niveau. Il s’appuie sur la recherche et la formation dans le cadre d’une collaboration entre deux laboratoires issue d’universités, de grandes écoles ou d’organismes de recherche en France et en Algérie. « Il favorise les échanges entre chercheurs et enseignants-chercheurs des deux pays afin de développer des collaborations à long terme, de créer des réseaux et de faciliter le transfert de technologie, l’accès conjoint à des réseaux de recherche et à des projets régionaux, européens ou internationaux.

Il soutient, en outre, la formation à et par la recherche par l’implication obligatoire dans les projets d’un à deux doctorants du système LMD en cotutelle de thèse, et par l’implication facultative de doctorants en co-encadrement de thèse. Il aide à valoriser des recherches innovantes ayant un impact sur le développement durable, sur les filières et outils de production ou de transformation économique, et sur la recherche scientifique au niveau international », peut-on lire sur les documents de présentation.

« A cet effet, plusieurs critères doivent être réunis pour la formation des équipes de recherche. Seules pourront être présentées les candidatures s’inscrivant dans le cadre de collaborations scientifiques existantes de qualité entre les deux pays. Aussi, les projets devront obligatoirement prévoir d’impliquer une thèse, minimum, à deux thèses, maximum, en cotutelle : ceci est un critère de recevabilité des projets.

Les codirecteurs algérien et français doivent s’entendre sur le(s) sujet(s) de thèses et sur les parties du travail qui seront réalisées dans chacun des deux pays », étaye notre interlocutrice.

Et de préciser que seuls sont éligibles à ce programme de recherche les projets présentés par des porteurs émanant pour la partie française d’universités, de grandes écoles ou d’organismes de recherche, et pour la partie algérienne, d’établissements universitaires ou de centres de recherche dépendant du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESRS).

Tous les champs disciplinaires peuvent-ils être inclus dans ce programme ? Certainement pas. Sept thématiques sont considérées comme prioritaires : les mathématiques et les mathématiques appliquées (informatique, développement du numérique), les sciences sociales et de l’humanité, les sciences médicales et du vivant, les sciences de la mer, les questions de ressources en eau, les risques naturels et anthropiques, les énergies renouvelables et le développement durable.

Mode de financement

Pour cette année, c’est dans la thématique « Energies renouvelables et développement durable » que l’UFMC s’implique grâce à deux équipes porteuses de projets, « l’une dans le domaine des sciences de la Terre, dont l’intitulé est “Les grandes villes méditerranéennes territoires et gouvernances”, qui est lancé en collaboration avec l’université Montpellier III, et l’autre dans le domaine de la chimie (faculté des sciences exactes), dont l’intitulé est “Pollution liée au trafic en milieu urbain et moyens de réduction des émissions” en collaboration avec IFSTTAR de Bron à Lyon », explique la vice-rectrice.

Qu’en est – il du modus operandi du financement ? Les financements PHC Tassili concernant les projets sélectionnés s’effectuent sur une durée de 3 ans.

Ils sont répartis entre, d’une part la mobilité (frais de déplacements et de séjour) et d’autre part, l’appui logistique. Ils sont accordés aux projets sélectionnés sur une base annuelle et doivent être impérativement consommés entre le 1er janvier et le 31 décembre de l’année concernée et ne peuvent en aucun cas être reportés sur l’exercice suivant. Un rapport d’étape annuel conditionnera l’allocation de crédits l’année suivante.

Dans le détail, le montant moyen du soutien apporté à tout projet chaque année est de l’ordre de 20 000 euros : la partie française contribue à hauteur de 10 000 euros (en moyenne 8000 euros pour la mobilité et 2000 euros pour l’appui logistique), La partie algérienne assurera les 10 000 euros restants.

Et à Mme Ykhlef de rappeler que « le PHC Tassili n’a pas vocation à financer intégralement la recherche menée dans le cadre du projet ni les équipements éventuellement nécessaires qui doivent être financés par d’autres moyens clairement identifiés lors du dépôt du projet ».

Et de spécifier que « chaque année, la partie française et la partie algérienne apportent un soutien logistique aux projets du PHC Tassili dans le cadre des mobilités des responsables de projets et des doctorants. L’attribution de l’appui logistique s’effectue selon des critères et des procédures définis dans un règlement d’utilisation des crédits. »

El Watan

Partager l'article:


Mobilité universitaire des doctorants :Le programme PHC Tassili relancé

Les articles les plus récents dans 00. Actualités

Les articles les plus populaires