Tipaza : L’environnement au menu du conseil de wilaya

Dimanche 24 février 2019

Lors du conseil de wilaya qui s’est tenu récemment, plusieurs dossiers ont été à l’ordre du jour, notamment le dossier environnement.

S’agissant du dossier des espaces verts, la Direction de l’environnement a dénombré plusieurs espaces verts situés dans toute la wilaya de Tipasa durant la période allant de 2008 à 2017, dans le cadre du recensement provenant de toutes les communes de la wilaya conformément à la loi 07-06 du13 mai 2007, concernant la gestion, la protection et la valorisation des espaces verts dans le cadre du développement durable, qui définit les espaces verts en forêts urbaines adjacentes à la ville, en parcs ou forêts publics situés à proximité des zones non urbaines, en jardins spécialisés disposés hors des zones urbaines, en parcs forestiers collectifs disposés en zones urbaines, en forêts récréatives, en forêts situées en zones urbaines, en zones boisées situées dans des lieux non encore construits et enfin, des zones boisées situées dans des zones nouvellement créées.

A ce propos, il a été révélé que onze forêts récréatives ont été identifiées, à l’instar de la forêt de Sidi Abdelhak (Tipasa), et la forêt de Sidi Slimane (Hadjout) qui viennent d’être autorisées pour être utilisées comme parcs d’attractions, la forêt de Sidi Hassan (Damous), la forêt de Sidi Ghilès ; la forêt de Sidi Bouzid (Koléa), la forêt des frères Bouaziz (Chaïba), la forêt de Saïdiya (Bouharoun) et la forêt de Chelala.

Lors de ce conseil de wilaya, il a été révélé que le secteur de l’environnement de Tipasa vient de bénéficier d’une enveloppe financière de 3 006 400 000 dinars, cela a permis l’enregistrement de 18 projets pour le secteur de l’environnement et la préparation de la région à travers divers plans de développement quinquennaux.

Dans ce cadre, plusieurs projets et études ont été finalisés, notamment – l’étude et la réalisation du centre de traitement des déchets techniques de Sidi Rached – l’achèvement du site temporaire de la région de Cherchell, – l’étude et la réalisation du centre de traitement des déchets techniques de Hattaba, – l’achèvement du centre de traitement des déchets techniques , – l’étude, la réalisation et l’installation de la direction de l’environnement – l’étude et l’achèvement de la maison de l’environnement ; l’acquisition du matériel de transport des déchets ; – la préparation des directives et procédures pour la gestion des déchets solides ; – l’étude du plan de la wilaya pour la gestion des déchets spéciaux – l’étude et l’achèvement d’un centre de transit pour les déchets. Quant aux projets en cours, ou achevés, il a été révélé certains points, notamment l’achèvement et l’équipement d’un hangar urbain à Tipasa.

S’agissant des projets gelés, il a été révélé au cours de ce conseil de wilaya les informations suivantes, notamment – l’achèvement du centre de traitement des déchets techniques de la ville de Cherchell, l’achèvement du centre de traitement des déchets techniques de Sidi Amar ; l’achèvement et la transformation du centre d’enfouissement pour Ahmer-el-Aïn ; l’étude pour l’acquisition d’un incinérateur ; il a été affirmé à ce titre que selon les nécessités des organismes publics, il peut être procédé à une dotation exceptionnelle en ressources matérielles et humaines en vue d’une exploitation rationnelle de l’ensemble des infrastructures de la wilaya pour soulager la pression exercée sur les centres de Gouraya et de Meurad ainsi que pour toute opération destinée à contribuer et participer à la propreté des communes.

Sur un autre plan et concernant la préservation et la protection des zones côtières et conformément au plan méditerranéen, plusieurs études et installations ont été lancées, notamment, le projet de classification et de protection de la zone naturelle de la baie de Kouali, et du mont Chenoua, pour une autorisation de programme de 270 millions de dinars.

Il a été noté, par ailleurs, que les zones naturelles de Kouali et du mont Chenoua ont été classées zones protégées par décret n°1023 du 20 juillet 2017. Ces zones ont été divisées en 30 espaces ; notamment l’espace central qui contient des ressources uniques dédiées à des activités liées à des recherches scientifiques qui sont autorisées. Il y a aussi , l’espace de séparation qui entoure la région centrale et qui est dédié au public pour des visites destinées à la découverte de la nature tout en permettant l’éducation environnementale et l’éco-tourisme.. Un autre espace qui entoure la zone de séparation et qui permet des activités de divertissement, de loisirs et de tourisme.

Quant à l’espace de Kouali, il est octroyé à une société chargée de l’exploitation temporaire et irrévocable d’une superficie de 9 677 mètres carrés. En marge de ces activités, plusieurs études ont été lancées et actuellement finalisées, à l’instar de l’étude du plan de préparation de la côte de la wilaya et de l’étude complète de la formation côtière ; l’étude du projet de décontamination de la pollution marine de Bou Ismaïl ; une étude pour protéger, créer et classer la zone humide à oued Mazafran.

Il convient de noter que l’étude dans le cadre de l’enquête sur les zones humides en Algérie a été remise à l’Office des études étrangères (CAD) en 2009 et a été sélectionnée parmi les zones humides de la vallée de Mazafran, avec une superficie estimée à 2 613,74 hectares. Une étude de l’ancien jardin côtier du parc forestier et du parc côtier de Cabrera a été achevée et comprenant actuellement une base résidentielle pour les travailleurs chinois chargés du projet de contournement de la route, Cherchell – Sidi Ghilès sur la base d’une étude réalisée précédemment.

Quant au projet Genbi du mont Chenoua qui est initié dans le cadre du programme de coopération algéro-allemande proposé par le ministère de l’Environnement et des Energies renouvelables, dont l’objectif principal est d’introduire l’approche environnementale pour identifier les services fournis par les écosystèmes et préserver ainsi la biodiversité de la zone protégée du mont Chenoua , 4 éléments ont été retenus dans le cadre de la gestion des aires protégées, en vue d’une meilleure connaissance de la biodiversité et de ses fonctions, une évaluation de la biodiversité et amélioration des bénéfices en résultant ; la valorisation de la biodiversité et l’amélioration des bénéfices générés. Dans ce cadre, un certain nombre de réunions ont eu lieu avec des organismes nationaux du littoral et de la Chambre de l’environnement de la Direction de l’éducation et de la Direction de l’environnement.

Toujours dans ce contexte, et en vue de la valorisation de la biodiversité et l’amélioration des fruits générés par cette opération en direction des femmes rurales qui ont traditionnellement œuvré dans ce domaine et qui ont été sélectionnées sachant qu’il existe plusieurs configurations et formes de création de coopératives rurales. D’autre part, la Direction de l’environnement , en coordination avec la Direction de l’éducation, a sélectionné les établissements d’enseignement situés au niveau de la zone protégée du mont Chenoua pour recruter des enseignants souhaitant se former aux richesses écologiques de la région de Chenoua, ainsi qu’à la valorisation de la biodiversité et à la préparation d’un projet destiné aux étudiants.

Composé d’une équipe allemande en compagnie d’un personnel local, 3 projets ont été sélectionnés, notamment la mise en place d’un historique de la région, le recensement et l’état des lieux et l’identification de la Communauté concernée.

Algerie360°

Partager l'article:


Tipaza : L’environnement au menu du conseil de wilaya

Les articles les plus récents dans News

Les articles les plus populaires