Sonatrach-Total : 1,8 milliard de dollars d’investissements

Mardi 9 octobre 2018

Le premier porte sur la réalisation d’un complexe de production de polypropylène à Arzew et le second sur le développement du gisement de gaz d’Erg Issaouène, situé dans le bassin d’Illizi.

La compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach et le groupe français Total, une des premières compagnies pétrolières dans le monde, sont en train de renforcer leur partenariat. En effet, les deux compagnies ont signé, hier à Alger, deux contrats de partenariat pour un montant total de 1,8 milliard de dollars d’investissements, qui relancent ainsi leur coopération. Le premier consiste en la signature d’un pacte d’actionnaires entre Sonatrach, avec une part de 51%, et Total avec 49% dans une société dénommée Sonatrach Total Entreprise Polymères (Step), chargée de la réalisation d’un complexe de production de polypropylène à Arzew. L’installation industrielle, d’un coût de 1,4 milliard de dollars, produira 550 000 tonnes/an de polypropylène destiné à la fois à couvrir les besoins nationaux et à l’exportation vers l’Afrique et l’Europe. Le projet valorise le propane très disponible en Algérie en le transformant en polypropylène, un produit très demandé par le marché international. Il est utilisé dans l’industrie automobile et navale, les films et emballages, l’industrie pharmaceutique, les fibres et textiles, l’hydraulique et le bâtiment, ainsi que dans les transports. L’accord concerne la réalisation d’un projet majeur dans le programme de développement de la pétrochimie de Sonatrach. Il s’agit du premier contrat de partenariat signé dans le cadre de ce plan. Le P-DG de Sonatrach a rappelé que ce programme est un axe important de la stratégie de l’entreprise.

“Sonatrach 2030” “Cette stratégie vise, d’ici à 2030, à engranger 60 milliards de dollars de revenus supplémentaires grâce, entre autres, à la pétrochimie. Nous voulons transformer les hydrocarbures au lieu de les exporter à l’état brut. Le gain sur la vente d’un mètre cube de gaz est de un dollar, celui sur le gaz transformé est de 10 dollars, soit 10 fois plus. Nous allons d’ici à la fin de l’année conclure un accord avec les Turcs pour la réalisation d’une unité de polypropylène en Turquie. La part de Sonatrach dans cette joint-venture est de 30%. Sonatrach doit s’ouvrir à l’international. Sinon, elle risque d’étouffer”. Le P-DG de Sonatrach a insisté sur l’impact de cet accord conclu avec une grande compagnie internationale, une “major”. Il constitue un signal positif aux autres compagnies internationales, “il montre que Sonatrach est un partenaire fiable, viable”. Quant au second contrat signé par Sonatrach et Total, il porte sur des investissements de 406 millions de dollars nécessaires au développement d’un gisement de gaz situé dans le périmètre d’Erg Issaouène, un champ satellite du gisement Tin Fouye Tabankort (TFT), situé dans le bassin d’Illizi, exploité en partenariat avec Repsol et Total et dont le contrat vient d’être renouvelé. L’accord sur Erg Issaouène porte sur le forage de 24 puits et la réalisation d’un réseau de collecte des puits producteurs et le raccordement aux installations de TFT. Ce champ satellite sera relié aux installations de Tin Fouye Tabankort par un gazoduc de 22 kilomètres. Le programme de développement d’Erg Issaouène permettra une production cumulée de 12 milliards de mètres cubes de gaz jusqu’à 2042, 1,6 million de tonnes de GPL et 1,3 million de tonnes de condensat, soit 108 millions de barils équivalent de pétrole jusqu’à 2042. Ce champ commencera à produire à partir de 2021. Il faut savoir que le nouveau contrat sur Tin Fouye Tabankort signé en juin 2018 porte sur des investissements pour la récupération de réserves additionnelles de 250 millions de barils équivalent pétrole tirés de ce champ et pour stabiliser la production à 3 milliards de mètres cubes de gaz par an pendant 6 ans. Ces investissements une fois réalisés dans ces deux gisements (Tin Fouye Tabankort avec Erg Issaouène en phase plateau) permettront de produire environ 4 milliards de mètres cubes de gaz par an. Le P-DG de Total, Patrick Pouyanné, cosignataire des deux accords a rappelé dans son intervention que le champ de Timimoun, exploité en partenariat par Sonatrach et Total et situé dans le sud-ouest du pays, est entré en production. Sa production actuelle, qui s’élève à 3 millions de mètres cubes/jour, sera portée prochainement à 5 millions de mètres cubes/jour, soit environ 1,6 milliard de mètres cubes/an. Le premier responsable de Sonatrach, lui, a signalé que le partenariat avec Total est un partenariat global. Il a indiqué que Total est le partenaire de Sonatrach dans le projet de “solarisation” des gisements pétroliers et gaziers du pays (réalisation de centrales photovoltaïques pour fournir l’énergie nécessaire à l’activité de production des champs d’hydrocarbures, au lieu d’utiliser du gasoil ou du gaz). Ce partenariat concernera le champ de Tin Fouye Tabankort et d’autres gisements. Abdelmoumène Ould Kaddour a ajouté que des discussions sont en cours avec Total sur l’offshore. “Sonatrach a besoin de l’expertise de Total dans les énergies renouvelables, l’offshore, le management des grands projets”. Enfin, le P-DG de Sonatrach a indiqué que 14 sociétés étrangères, dont Total, sont intéressées par le partenariat avec la compagnie pétrolière algérienne dans le trading. “Nous avons conseillé à Total de faire une bonne offre. Car la concurrence sera féroce”, a-t-il confié à la presse.

Liberte

Partager l'article:


Sonatrach-Total : 1,8 milliard de dollars d’investissements

Les articles les plus récents dans News

Les articles les plus populaires