Économies en énergie : Chitour préconise le « juste prix »

Jeudi 19 juillet 2018

L’Algérie a besoin, plus que jamais, d’une « stratégie énergétique, détaillée et accompagnée vers le développement humain durable », a déclaré le Professeur Chems Eddine Chitour, dans une contribution parue sur le site mondialisation.ca.

Ce n’est pas une simple sinécure. Des défis surviendront, notamment ceux liés à « l’aspect démographique » et au « gaspillage » observé même chez les Algériens à faible revenu. Outre ces défis, l’universitaire relève deux incohérences : prix dérisoire des commodités eau qui revient à 90 DA le m3, mais le citoyen n’en paye que 6 DA, carburants, électricité, et le retard inexplicable dans la mise en œuvre volontariste d’une stratégie vers le développement durable. À cet ensemble d’indicateurs, s’ajoute, selon le Pr. Chitour, le fait que chaque retard dans la construction d’une centrale de 1000 MW, est synonyme de 500 millions de dollars « qui ne seront pas épargnés comme viatique pour les générations futures ». Compte tenue de cette situation, il préconise de ne pas perdre de temps pour « mettre en place une stratégie énergétique adossée à un modèle de consommation flexible qui fait l’inventaire de nos ressources, fossiles et renouvelables, des gaspillages à éliminer, des conditions qui vont prévaloir en 2030 pour une population de près de 55 millions d’habitants ».

Enchaînant, l’expert indiquera que c’est toute la mission du Conseil national de l’énergie qui existe et qu’il serait « tant de revitaliser pour fédérer toutes les responsabilités de chaque département ministériel loin des logiques sectorielles ». Pour lui, il est hors de question de continuer à miser uniquement sur les hydrocarbures, rappelant au passage que le monde de 2030 et plus encore de 2050 sera un monde de moins en moins carboné pour deux raisons : « il y a de moins en moins de découvertes majeures et les coûts d’exploitation seront de plus en plus importants pour les nouvelles zones ».

Un mix énergétique à 50% durable est possible

Sur sa lancée, le Pr. Chitour souligne que les énergies renouvelables ont attiré 297 milliards d’investissements en 2016. S’appuyant sur les estimations de l’Agence internationale de l’énergie, il indique que « le solaire et le vent domineront l’avenir de l’électricité, 72% des 10,2 millions de dollars consacrés à la nouvelle génération d’électricité dans le monde entier jusqu’en 2040 seront investis dans de nouvelles centrales photovoltaïques ». L’Algérie, cinquante-cinq ans après l’indépendance, n’est-elle pas capable avec ses capacités de vivre sans le pétrole et le gaz ? Que faisons-nous du GPL Sirghaz que nous n’arrivons pas à commercialiser du fait d’une mauvaise prise en charge au niveau du financement du kit GPL et d’une publicité inexistante ? Pourquoi ne réservons-nous pas le pétrole uniquement aux usages nobles que sont la pétrochimie ? À ses questions, le Pr. Chitour répondra que « nous devons prendre le train du progrès. Nous avons une fenêtre de quelques années pour pouvoir mettre en œuvre une politique volontariste basée sur une sobriété énergétique. »

À l’instar des pays développés, « il nous faut sans tarder mettre en place une stratégie audacieuse. Un mix énergétique à 50% durable est possible. Le modèle énergétique part du principe du développement durable qui est de laisser un viatique aux générations de 2030. Pour cela il faut freiner drastiquement la consommation d’énergie fossile par une rationalisation de l’énergie, mais aussi de l’eau, mettre en place les 3R (récupération, recyclage et réutilisation des déchets), le traitement des eaux usées, l’exploitation des forêts et surtout sortir des carburants thermiques ». À ce sujet, le Dr. Preure, expert en énergie, avait précisé que l’ensoleillement naturel de notre pays est exceptionnel : 3 500 heures au Sud, soit 86% de notre territoire, et 2 650 heures au Nord. Selon ce dernier, l’Algérie doit faire de la transition énergétique un « challenge industriel, scientifique et technologique ».

Fouad Irnaten. El Moudjahid.

Partager l'article:


Économies en énergie : Chitour préconise le « juste prix »

Les articles les plus récents dans News

Les articles les plus populaires