Bientôt, une station de dessalement, alimentée par l’énergie solaire

Dimanche 24 juin 2018

Ce projet sera lancé dès cette année en partenariat avec la société Myah Tipasa qui gère l’usine de dessalement de Fouka.

« Le partenariat entre l’UDES et Miyah Tipasa est le fruit d’une stratégie visant la fusion de la sphère de la recherche avec le monde socioéconomique.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la politique de rationalisation de l’utilisation de l’énergie », souligne le professeur Noureddine Yassaa, directeur du Centre de développement des énergies renouvelables (CDER). L’objectif de réalisation de cette station est de fournir des solutions et des alternatives pour réduire le coût énergétique dans le domaine du dessalement et de déminéralisation des eaux de mer et saumâtres.

« Nous avons les compétences scientifiques pour y parvenir », affirme pour sa part le directeur de l’UDES. L’Algérie a entamé dès 2005 un vaste programme visant à construire un réseau de 45 stations de dessalement, dont 13 de grandes capacités.

D’ici à 2019, l’eau potable provenant de la mer atteindra 2,26 millions m3/j. « Le recours au dessalement de l’eau de mer est une nécessité stratégique pour nous, et ce compte tenu des aléas climatiques et du facteur démographique.

Grâce à ce programme notamment, on est passé de 90 l/j par personne consommée en 2000 à 125 l/j actuellement », affirme le directeur de l’UDES. Les travaux de recherche de cette unité ont également pour but la maîtrise des techniques et du process de fabrication de la membrane. Une pièce maîtresse dans le processus de dessalement.

Réflexion.

Partager l'article:


Bientôt, une station de dessalement, alimentée par l’énergie solaire

Les articles les plus récents dans News

Les articles les plus populaires