Les chercheurs du laboratoire LESI de l’université de Khemis Miliana développent de nouveaux moteurs pour les véhicules

Dimanche 21 avril 2013

L’université de Khemis Miliana vient de conclure des conventions de recherche avec différents établissements et structures relevant du secteur de l’enseignement supérieur et des autres secteurs économiques au niveau national et international, et ce dans le cadre de sa stratégie d’ouverture sur le monde extérieur et de développement des relations d’échanges en vu de rendre plus performants et réalisables ses travaux de recherches scientifiques.

Ainsi, dernièrement une convention de recherche a été établie entre le laboratoire de l’énergie et des systèmes intelligents (Lesi) de la faculté des sciences et de la technologie (université de Khemis Miliana) et l’université de Franche-Comté (France) ainsi qu’avec le Centre de recherche de Renault à Paris. Il est question à travers cette convention de développer encore plus les recherches sur des types de moteurs de véhicules très performants pouvant être utilisés dans un futur proche.

A cet effet, le Pr Christophe Espanet ainsi que le Dr Sid Ali Randi du Centre de recherche de Renault à Paris ont présenté, dernièrement, lors d’une conférence animée à l’université de Khemis Miliana, le moteur-roue et le projet de véhicule hybride réalisé au laboratoire de recherche ainsi que les dispositions à prendre pour propulser les travaux de recherche. Dans ce volet les échanges entres les chercheurs spécialisés des deux universités vont augmenter pour permettre le développement rapide des connaissances. Entre autre des doctorants de la faculté des sciences et de la technologie de l’université de Khemis Miliana poursuivront leurs travaux de recherche dans ce domaine en France.

Selon le recteur, le Pr Mohamed Bezzina, des chercheurs de l’université de Khemis Miliana disposent de potentialités importantes dans la recherche scientifique. Ils sont capables d’atteindre rapidement les résultats d’autant que certains d’entre eux ont effectué leurs études dans des universités connues au niveau mondial.

« Actuellement l’environnement de recherche est mis à leur disposition au niveau de l’université », dira le recteur avant d’ajouter que toutes les mesures ont été prises pour encourager les laboratoires de recherches de l’université agréés à s’impliquer davantage pour valoriser leurs travaux afin qu’ils puissent servir les différents secteurs du pays.

Notons par ailleurs, que ce même laboratoire de recherche spécialisé dans l’énergie et les systèmes intelligents (Lesi) poursuit aussi ses travaux de recherche pour la conception d’un nouveau moteur en collaboration avec les chercheurs de l’université de Nancy (France). Pour ce qui est des énergies renouvelables et de développement durable, des chercheurs de cette même faculté des sciences et de la technologie se sont engagés dans ce créneau avec leurs homologues de l’université de Valenciennes (France). Ainsi un expert, le Pr Abene Abderrahmane, exerçant en France a donné dernièrement une conférence dans le domaine de l’énergie.

D’autres laboratoires de recherche agréés au niveau de l’université de Khemis Miliana développent des axes de recherche importants ayant pour but de résoudre des problèmes soulevés dans la vie quotidienne des citoyens.

A titre d’exemple, le laboratoire de recherche en économie numérique relevant de la faculté des sciences économiques, commerciales et des sciences de gestion vient de publier ses travaux dans un ouvrage sur l’économie algérienne après 50 ans d’indépendance. Cet ouvrage, constitué de plusieurs chapitres, dresse une situation des différents secteurs économiques et analyse l’économie algérienne durant cette période.

L’organisation de l’état civil est aussi l’axe de recherche principal du plus récent laboratoire relevant de la faculté de droit et des sciences politiques.

D’autres laboratoires liés aux sciences de la terre et de la nature, de la technologie… S’intéressent aussi à des sujets de recherche pertinents, leur relation avec le milieu extérieur se développent de plus en plus comme le cas du laboratoire de valorisation des substances naturelles, lequel est arrivé à des résultats qui ont été présentés lors d’un séminaire national sur les plantes aromatiques et médicinales organisé à Khemis Miliana.

Des conventions ayant une relation avec le secteur de la pêche et des ressources halieutiques, l’information et la communication et avec le côté historique de la région sont en cours d’élaboration suite aux orientations du recteur de l’université le Pr Mohamed Bezzina, lequel a insisté sur l’intégration de l’université dans l’environnement extérieur. Un environnement exigeant, entre autre, la présence de la qualité à l’intérieur de l’université.

A cet effet, une journée d’étude a été aussi organisée par la cellule assurance qualité de l’université pour débattre ce volet et impliquer l’ensemble du personnel dans la mise en place d’un système de qualité propre aux universités algériennes et ce, dans le cadre des reformes engagées, lesquelles exigent aussi la mise à disposition des outils nécessaires à ce genre d’action.

En somme, l’université de Khemis Miliana, observe depuis un certain temps une dynamique importante dans différents volets ce qui lui permet de jouer son rôle convenablement.

Madani Azzedine, La Tribune

Partager l'article:


Les chercheurs du laboratoire LESI de l’université de Khemis Miliana développent de nouveaux moteurs pour les véhicules

Les articles les plus récents dans News

Les articles les plus populaires