Troisième loi sur la recherche scientifique : L’innovation technologique au cœur des entreprises algériennes

Vendredi 1er février 2013

Le directeur général de la recherche scientifique au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Hafid Aourag, a affirmé, lors de son passage mardi sur les ondes de la radio nationale, que la troisième loi sur la recherche scientifique, qui sera opérationnelle entre 2014 et 2017, aura pour objectif de mettre l’innovation technologique au cœur des entreprises algériennes, qu’elles soient publiques ou privées.

"Nous privilégions dans cette 3e loi tous les mécanismes qui apporteront un soutien au développement technologique au sein des entreprises algériennes, que ce soit celles du public ou bien du privé. Le but de cette loi est d’introduire des chercheurs au sein de l’entreprise", a-t-il dit. A la question de savoir qu’elle différence y a-t-il entre cette loi et les précédentes, M. Aourag répond : "Lors des précédentes lois, nous n’avons pas pu combler le fossé qui séparait la recherche scientifique de l’entreprise. Alors que, cette fois-ci, à travers cette loi, nous préconisons à ce que chaque entreprise algérienne ait un département de la recherche scientifique."

Le directeur général de la recherche scientifique au ministère de l’Enseignement supérieur a annoncé que cette loi favorisera l’ouverture aux chercheurs algériens résidant à l’étranger. "Il faut savoir que lors de la 2e loi, nous avions enregistré un échec en matière de nombre de chercheurs permanents que nous avions souhaité atteindre. Nous tablions sur 4500 chercheurs, malheureusement, à la fin de 2012, nous étions à seulement 2000 chercheurs permanents."

Comparant le nombre d’habitants que compte l’Algérie, M. Aouarag a avoué qu’ils ont enregistré un manque flagrant en chercheurs permanents. "Nous sommes loin des normes internationales", a-t-il regretté. "Aujourd’hui et à travers cette 3e loi, nous ouvrons les portes à toutes les compétences, qu’elles soient algériennes ou étrangères, que nous invitons à venir soutenir le développement technologique dans notre pays. Nous avons créé, cette année, 800 postes de chercheurs. A noter qu’à ce jour, nous avons déjà reçu plusieurs candidatures de chercheurs de différents pays, à savoir des Espagnols, des Brésiliens, des Chinois qui veulent travailler en Algérie et une centaine de chercheurs algériens de haut niveau établis à l’étranger et qui sont rentrés au pays", a-t-il noté.

Dahbia C. Reporters

Partager l'article:


Troisième loi sur la recherche scientifique : L’innovation technologique au cœur des entreprises algériennes

Les articles les plus récents dans News

Les articles les plus populaires