Dernières nouvellesEnvironnement

La plantation d’un million d’arbres, une réponse aux récents incendies

 Le ministère des Ressources en eau a procédé mardi à Alger au lancement de la première opération du plan national de reboisement (PNR) initié par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural visant à planter près d’un million d’arbres d’ici la fin de l’année en cours, a indiqué mardi à Alger le ministre du secteur, Arezki Berraki.

Cette première opération consiste à planter plus de 2.000 arbres au Sud-Est de la capitale sur les berges d’Oued El Harrach au niveau de Bentalha dans la commune de Barraki (Alger) a fait savoir le ministre lors d’un point de presse.

Selon M. Berraki, cette compagne de reboisement intervient « en réponse aux récents incendies » ayant touché plusieurs wilayas du pays, ajoutant que les 100.000 travailleurs du secteur, répartis entre l’administration centrale, l’administration déconcentrée et les établissements sous tutelle y participeront et planteront chacun dix (10) arbres.

Il s’agit d’une première opération, constituant un soutien au programme national de reboisement du ministère de l’Agriculture et du Développement rural visant la plantation de plus de 40 millions d’arbres à travers le territoire national, a-t-il expliqué.

« Nous allons poursuivre cette opération afin de remplacer l’ensemble des pertes enregistrées. J’appelle tous les citoyens ayant la possibilité de planter des arbres à le faire », a dit le ministre.

Interrogé quant au plan de lutte contre les incendies de forêt, M. Berraki a fait savoir que cela est du ressort de la Direction générale des Forêts (DGF) et de la protection civile.

« Mais en tant que secteur, nous avons mis à leur disposition tous les moyens nécessaires au niveau national, notamment à travers les retenues collinaires et les barrages où s’approvisionnent les services de la protection civile pour faire face aux incendies », soulignant que des études sont en cours pour la mise en place de retenues d’eau spécifiques à la lutte contre les feux de forêts.

Concernant la baisse des réserves en eau, le ministre a fait savoir que « cette baisse est logique à cette période de l’année au vu de la consommation importante d’eau pendant la période estivale », la pandémie du Covid-19 ayant également contribué, a-t-il dit, à causer une surconsommation de près de 10 %.

« Il était prévisible que la quantité d’eau au niveau de certains barrage soit en baisse. Actuellement douze (12) barrages connaissent une baisse de niveau, mais la saison hivernale arrive », a-t-il noté ajoutant que dans le cas d’une sécheresse prolongée, son département ministériel a pris l’ensemble des dispositions au niveau des wilayas pouvant rencontrer un risque de manque d’eau à travers le lancement de projets de forage de puits et de projets de transfert d’eau.

Il a précisé que le taux actuel de remplissage des barrages est à près de 45 %.

S’agissant des coupures d’eau au niveau de la capitale, M. Berraki a écarté l’hypothèse d’un manque de quantité d’eau stockée. Il a affirmé que ces coupures sont dues à des opérations de réparation de canalisations et de lutte contre les fuites provoquant une perturbation de l’alimentation en eau au niveau de la capitale.

« Je tiens à rassurer les habitants de la capitale, que les quantités d’eau stockées leur suffisent jusqu’à l’hiver prochain », a-t-il souligné, précisant que pour faire face à un cas de forte baisse de la pluviométrie, un programme de forage de puits est en cours au niveau d’Alger, avec notamment 50 puits en cours de forage.

De plus, il a estimé « prématuré » de parler d’une situation de sècheresse, expliquant que depuis plusieurs années et du fait du changement climatique, les fortes pluies interviennent principalement aux mois de mars et avril.

APS

Author Details
Sorry! The Author has not filled his profile.
×
Sorry! The Author has not filled his profile.
Latest Posts