Six projets pour mettre en valeur et protéger la biodiversité des côtes algériennes

Dimanche 24 décembre 2017

Le directeur général de la pêche et de l’aquaculture au ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Taha Hamouche, a annoncé jeudi six (6) projets de création de réserves marines dans les wilayas de Chlef, Tizi Ouzou, Jijel et Oran pour mettre en valeur et protéger la biodiversité marine des côtes algériennes.

Dans le cadre du Programme algéro-européen d’appui à la diversification de l’économie du secteur de la pêche (Diveco 2), une ferme d’élevage de jeunes poissons d’eau de mer importés de l’étranger avait été réceptionnée mercredi dans la wilaya de Tipasa, a déclaré à l’APS M. Hamouche en marge d’une Journée d’étude sur "les réserves marines à l’appui de la biodiversité marine", précisant que le coût de réalisation de la ferme s’élevait à 400.000 euros.

L’enveloppe financière prévue dans la convention signée entre l’Algérie et l’Union européenne (UE) en 2016 pour la mise en œuvre du programme Diveco 2 a été consommée à 50%, soit plus de 7 millions d’euros, a fait savoir le responsable.

Il a précisé que l’Algérie avait réalisé 94% des engagements prévus au titre de ce programme qui vise la diversification économique à travers le développement durable et l’amélioration des performances économiques du secteur de la pêche et de l’aquaculture.

Le programme Diveco 2 qui s’inscrit dans le cadre du plan national "Aquapêche-2020" est supervisé par la direction générale de la pêche au ministère de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche, a indiqué M. Hamouche, ajoutant que 14 autres ministères y étaient associés.

Abritée par la direction de la pêche de la wilaya d’Alger, cette journée d’étude intervient pour débattre des différents mécanismes de gestion et de supervision des cinq réserves maritimes que compte actuellement l’Algérie.

Les professionnels, chercheurs et spécialistes participant à cette journée ont évoqué la situation actuelle de ces régions exposées notamment à la pêche anarchique et intensive et à la pollution de l’environnement).

Une convention sera prochainement conclue en collaboration avec le ministère de la Justice pour assurer une formation aux magistrats en matière de lois régissant ces réserves, a indiqué M. Hamouche, précisant que les journées de sensibilisation destinées aux pêcheurs seront intensifiées pour préserver les réserves marines, étant les premiers concernés par ces régions.

Les participants à cette journée, particulièrement les chercheurs universitaires, recommandent de ne pas s’empresser de classer de nouvelles réserves avant de maîtriser les mécanismes les régissant, soulignant la nécessité d’impliquer le commissariat national du littoral dans les comités de wilayas à l’effet d’examiner le dossier des réserves devant être classées à l’avenir et de déterminer les mécanismes de leur financement au niveau local.

Partager l'article:


 Six projets pour mettre en valeur et protéger la biodiversité des côtes algériennes

Les articles les plus récents dans News

Les articles les plus populaires