Atelier sur la certification des produits chauffe-eau solaires en Algérie, 21 Novembre 2017

Dimanche 26 novembre 2017

Le Centre de Développement des Energies Renouvelables (CDER) organise avec l’Institut National de Normalisation (IANOR) avec le soutien de l’Institut de Métrologie Allemand (PTB), et pour la première fois en Algérie et dans le cadre du projet "Renforcement de l’Infrastructure qualité pour l’énergie solaire au Maghreb", un Atelier sur la certification des produits chauffe-eau solaires en Algérie, le 21 Novembre 2017 à Alger.

Les principaux acteurs ; l’APRUE, les fabricants et les installateurs des équipements y prendront part. Les ex—perts nationaux et internationaux animeront des conférences et des débats sur le sujet de l’infrastructure qualité dans le domaine de l’énergie solaire et plus particulièrement dans les chauffe-eau solaires.

Il y a lieu de noter qu’aujourd’hui, les énergies renouvelables se placent au cœur des politiques énergétique et économique menées par l’Algérie ; leur développement est placé en tant que priorité nationale. L’exploitation d’installations solaires thermiques constitue une partie importante aussi bien du programme du développement des énergies renouvelables que de celui de la promotion l’efficacité énergétique. Les installations solaires thermiques représentent pour la population une source d’approvisionnement en eau chaude respectueuse de l’environnement et peu coûteuse ; elles contribuent ainsi à assurer l’approvisionnement en énergie propre et à diminuer la consommation de sources d’énergie fossiles et réduira donc l’émission des gaz à effet de serre.

Le développement dynamique du marché des installations solaires thermiques a en outre des effets positifs sur l’économie et l’emploi. Tous ces effets positifs ne peuvent toutefois aboutir que s’il existe des programmes publics d’encouragement adaptés et si la qualité des installations peut être garantie grâce à une assurance qualité en conséquence. Sans une infrastructure qualité opérationnelle (normes, accréditation, certification, essais et étalonnage), il est difficile de gagner la confiance des consommateurs envers ces produits, ce qui représente un risque d’échec pour les programmes publics d’encouragement à leur utilisation.

Le potentiel que l’utilisation accrue d’installations solaires thermiques de bonne qualité pour l’approvisionnement en énergie offre en matière de protection du climat et de l’environnement ainsi qu’en matière de développement économique durable n’est pas encore suffisamment exploité dans notre pays.

Afin de garantir une bonne qualité des installations solaires thermiques et un développement harmonieux de la filière en Algérie, il est nécessaire de mettre en place de système opérationnel de certification des produits pour les installations solaires thermiques. Un tel système de certification repose sur des prestations fournies par d’autres entités de la chaîne qui constitue l’infrastructure qualité. Il s’agit, en particulier, d’essais de produits dans des laboratoires reconnus (accrédités), mais aussi d’audits de production qui sont effectués par des organismes d’inspection reconnus. L’accréditation des organismes de certification, à son tour, est réalisée par l’organisme national d’accréditation qui doit disposer d’experts qualifiés en conséquence. La mise en place d’un système de certification présuppose coopération et concertation entre un certain nombre d’acteurs des institutions publiques travaillant dans le domaine de l’assurance qualité et de la promotion de l’économie, des entreprises de l’industrie et du commerce ainsi que des établissements de recherche et de formation dans le secteur du solaire.

L’expérience de la certification de produits solaires thermiques sur les principaux marchés mondiaux a montré qu’une certification adéquate a le potentiel d’accroître considérablement la confiance des consommateurs dans les produits solaires thermiques et par conséquent peut contribuer de manière significative à augmenter l’utilisation des installations solaires thermiques.

Un manque de confiance des opérateurs, le développement insuffisant du marché ainsi qu’un système d’incitation ne fonctionnant pas de manière optimale sont autant d’obstacles à la mise en place de nouvelles installations solaires thermiques et à la mise en œuvre des potentiels environnementaux et climatiques ainsi que du développement économique durable en découlant.

Avec le soutien du projet "Renforcement de l’infrastructure qualité pour l’énergie solaire au Maghreb" dans sa première phase, d’importantes étapes ont été franchies vers la mise en place du système d’assurance qualité pour les installations solaires thermiques et pour l’intégration de thématiques relevant de l’infrastructure qualité aux cursus universitaires sur l’énergie solaire.

A ce titre, deux laboratoires d’essais de capteurs solaires thermiques et d’étalonnage des pyranomètres ont été mis en place au CDER. Au cours de la deuxième phase du projet (2016-2020), il est prévu entre autre d’accompagner le laboratoire d’essais pour l’énergie solaire thermique du CDER vers l’accréditation ; le développement et la commercialisation de leurs prestations. Il est prévu également de soutenir le laboratoire d’étalonnage des pyranomètres du CDER en vue de sa reconnaissance internationale.

Partager l'article:


Atelier sur la certification des produits chauffe-eau solaires en Algérie, 21 Novembre 2017

Les articles les plus récents dans News

Les articles les plus populaires