Contribution : le coût de l’inefficacité énergétique

Samedi 15 juillet 2017

Comme à chaque vague de grande chaleur, l’Algérie a enregistré cette semaine un nouveau pic de consommation électrique. "L’opérateur du système électrique a enregistré un nouveau record en termes de puissance électrique appelée sur le réseau national, le jeudi 13 juillet de 13.561 MW à 14h30", a indiqué le groupe Sonelgaz dans un communiqué. Ce nouveau pic de consommation représente une hausse de 5,6% par rapport à la demande maximale enregistrée en été 2016, ajoute le communiqué.

Ce niveau de consommation électrique se traduit par une consommation élevée de gaz (principale source de production de l’électricité en Algérie) et de diesel qui constitue une bonne partie du parc du sud algérien. Il se traduit également par un niveau d’investissement élevé dans le parc de production qui coûte très cher au trésor public.

Bien que l’électricité est fortement subventionnée en Algérie cette situation impacte également les ménages qui payent une facture d’électricité élevée, et pour cause une utilisation importante des climatiseurs pour faire face à cette vague de chaleur. Si le recours aux équipements électroniques et électroménagers en général et aux climatiseurs en particuliers est inéluctable, le choix de la qualité de ces derniers pose un réel problème. En d’autre terme, le problème ne réside pas dans le recours à la climatisation mais dans la qualité des équipements utilisés qui sont énergivores.

Pour illustrer cette situation nous proposons dans cet article une comparaison non exhaustive de la consommation de deux ménages, le premier avec des équipements efficients et le deuxième avec des équipements énergivores. Nous avons consulté un comparateur de prix pour choisir deux groupes d’équipement avec une différence de prix raisonnable pour rester dans la même gamme de produit. Le groupe est constitué d’un climatiseur 12.000 BTU, un réfrigérateur 460l, un lave-linge 8kg, un téléviseur LED 42’’ et 5 lampes. Nous avons considéré une consommation moyenne d’une famille de 5 personnes. Le tableau ci-dessous montre la consommation journalière de chaque équipement et son coût.

Ainsi la facture* d’électricité est de 3.718,42 DZD pour le groupe d’équipement efficient et de 6.499,79 DZD pour le groupe d’équipement énergivore, ce qui donne une différence de 2.781,37 DZD. La facture du climatiseur uniquement est de 3.022,05 DZD pour le premier groupe et de 4.576,96 DZD pour le deuxième groupe, ajouter à cela la mauvaise isolation thermique dans le bâtiment.

Paradoxalement les ménages achètent des équipements bas coût pour faire des économies mais le coût de la facture d’électricité rend ces équipements plus chers. La différence entre le coût des équipements ne couvre que 9.5 trimètres. Ceci dit, à partir de la troisième année les ménages perdent plus de 10.000,00 DZD par an en raison de la qualité des équipements choisis. Le choix des équipements de classe énergétique A est donc rentable malgré un coût initial plus élevé.

Sur le plan national cela montre l’urgence d’adopter un nouveau model de consommation basé sur l’efficacité énergétique avec un contrôle des équipements électroménagers, l’isolation thermique dans le bâtiment, l’intégration progressive des énergies renouvelables dans un mixte énergétique globale et le soutien de la R&D pour le développement des nouveaux climatiseurs solaires à basse consommation.

*la facture présentée prend en compte uniquement le prix du kWh et la TVA dans leurs différentes tranches sans prendre en compte les autres taxes.

Dr. El Amin KOUADRI BOUDJELTHIA, Chercheur au CDER

Partager l'article:


Contribution : le coût de l’inefficacité énergétique

Les articles les plus récents dans News

Les articles les plus populaires