Economie Verte : vision stratégique pour le développement durable

Mercredi 12 juillet 2017

Le 1er Séminaire sur la promotion de projets innovants en économie verte a été tenu, hier, à l’École supérieure algérienne des affaires (ESAA) d’Alger. Cette journée a été organisée conjointement par le R20 MED, bureau de l’ONG pour la région méditerranéenne, l’École nationale Polytechnique d’Oran Maurice-Audin, (ENPO-MA) et l’École des mines de Saint-Etienne (EMSE).

Mme Fatma-Zohra Zerouati, ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, et de nombreux acteurs institutionnels et économiques intervenant dans les domaines des Energies renouvelables, de l’Efficacité Énergétique et de la Gestion Durable des Déchets ont pris part à ce séminaire. A cette occasion, la ministre a exprimé sa pleine satisfaction quant à la tenue de ce séminaire qui constitue selon elle « une opportunité pour débattre des différentes questions liées à ce domaine porteur pour l’économie nationale ». Elle dira dans ce sens qu’ « iI y a un travail considérable qui a été déjà fait dans la conception et la réalisation pour la gestion des déchets », avant d’ajouter qu’ « actuellement il y a d’autres missions qui ont été assignées à mon département pour combler le grand déficit enregistré dans les énergies renouvelables. Donc on doit actualiser ce travail dans des phases à suivre pour promouvoir l’économie verte ».

Fatma-Zohra Zerouati a fait savoir qu’« il y a une commission chargée pour élaborer un programme dans les énergies renouvelables qui sera présenté prochainement au gouvernement ». En réponse à une question de savoir s’il y a des retards dans la réalisation des programmes dans ce domaine, la ministre a affirmé qu’il n’y a aucun retard enregistré. S’agissant des engagements de l’Algérie dans le cadre de l’Accord de Paris pour le changement climatique ratifié en octobre 2016, la ministre a fait savoir que « le programme du Président de la République M. Abdelaziz Bouteflika a pour objectif de renforcer la politique environnementale dans le cadre d’une vision stratégique intégrée afin d’aboutir un développement durable ».

Pour suivre la réalisation et l’optimisation des installations des outils à la gestion des déchets et la généralisation des collectes au niveau national, elle a indiqué que nous avons promu le partenariat public/privé, le développement des filières de valorisation des déchets par la mise en place et la généralisation des activités de récupération et de recyclage. « Sur un autre plan, le gouvernement s’engage à travers le programme des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique pour l’amélioration des conditions de vie des citoyens.

De son côté, M. Merzak Belhimeur, représentant du ministère des Affaires étrangères, a indiqué que « l’engagement politique de l’Algérie a été réitéré lors de la 21e conférence sur les changements climatiques tenue à Paris ». Il dira que « pour le développement des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique en Algérie plusieurs programmes d’envergure ont été réalisés ou sont en cours de réalisation », « ceci confirme la grande importance accordée par les pouvoirs publics à ce secteur porteur pour l’économie nationale et pour la protection de l’environnement ». « Il est utile de souligner que l’Algérie recèle d’énormes potentiels pour le développement des énergies renouvelables », a-t-il rappelé. Pour sa part, Christophe Nuttall, directeur exécutif du R20 Genève a insisté sur la nécessité de concrétiser l’Accord de Paris sur l’environnement. Tout en mettant en exergue la valeur de la collecte des déchets qui permettra d’une part la préservation de l’environnement et qui peut également constituer un apport important pour l’économie. Appuyant ses dires, il a cité à titre d’exemple que la collecte des bouteilles en plastique peut être une mine d’or et une valeur ajoutée à l’économie nationale car 95% de ces bouteilles sont jetés et si on les collecte on va gagner 60 dollars la tonne, mais avec la transformation finale on va les vendre à 200 euros la tonne. Il y a lieu de noter que durant les deux jours, le programme du séminaire se déclinera en trois sessions dédiées à chacun des trois domaines, incluant des panels de débat sur les questions particulières liées aux politiques et actions publiques, aux projets d’entreprises et aux retours d’expériences.

Concernant les objectifs du projet de Mastère, mis en œuvre et initié par le R20 MED en partenariat avec l’Ecole des Mines de Saint-Etienne (EMSE) et l’Ecole de l’ENPO-MA depuis novembre 2016, le représentant de l’ENPO-MA a fait savoir que celui-ci vise entre autres, à valoriser des projets innovants de développement et d’investissement liés à l’économie verte, s’inscrivant pleinement dans les objectifs pour l’Algérie, de l’Accord de Paris sur les changements climatiques. Il constitue un excellent outil pour la formalisation d’un réseau d’acteurs nationaux impliqués dans le déploiement de projets innovants verts et bancables. Il dira que cette formation contribuera à préparer les apprenants aux enjeux de l’économie verte dans le cadre de l’agenda du développement durable 2015-2030 et des processus liés à la science, la technologie et l’innovation.

Makhlouf Ait Ziane. elmoudjahid.

Partager l'article:


Economie Verte : vision stratégique pour le développement durable
Pour vous s'inscrire à la Newsletter veuillez saisir votre adresse e-mail:


Les articles les plus récents dans News

Les articles les plus populaires