Les grands chantiers du gouvernement : Un second souffle aux réformes

Mercredi 31 mai 2017

Fin connaisseur des dossiers de l’Administration et jouissant d’une parfaite maîtrise du terrain, le Premier ministre, M. Abdelmadjid Tebboune, saura sans nul doute réussir pleinement la mission pour laquelle il été nommé par le Président de la République.

Une mission où il est question prioritairement d’aller vers une économie nationale des plus compétitives, dynamique et plus productive dans les secteurs hors hydrocarbure. Il s’agit bien sûr des domaines de l’industrie, de l’agriculture, du tourisme, des services et des énergies renouvelables, pour ne citer que ceux-là.

D’ailleurs, l’institution d’un département ministériel consacré aux activités des énergies renouvelables avec à sa tête une spécialiste du domaine, en l’occurrence la nouvelle ministre Mme Fatma-Zahra Zerouati, constitue ce gage supplémentaire certifiant de la détermination de l’Etat d’aller vers une économie complètement libérée de la rente pétrolière. Cet objectif doit se consacrer impérativement. Doter l’Algérie d’une économie compétitive et diversifiée, c’est bien là que réside le premier des défis inscrits au rang de priorité dans la « feuille de route » du gouvernement de M. Tebboune.

L’objectif visé est celui de hisser le pays au rang des nations émergentes et jouissant d’une activité économique prometteuse notamment dans les secteurs du développement. Insuffler une réelle dynamique au sein de ces différents créneaux économiques à même de leur permettre de se lancer dans une dynamique d’amélioration progressive de leur rendement, cela incite nécessairement à accroître les connaissances et accélérer la maîtrise de la technologie de l’information et de la communication.

Ce qui a d’ailleurs son impact en termes de modernisation de la société dans le sillage de laquelle les disparités sociales seront appelées à se réduire les unes après les autres pour céder la place à une équité davantage consolidée et à une égalité des chances mieux réaffirmée.

C’est dire ce lien très étroit existant entre une économie compétitive et la consolidation de l’Etat de droit auquel le Président de la République n’a eu de cesse à renforcer son ancrage depuis sa première investiture à la magistrature suprême à ce jour.

Le bien-être social des Algériens a toujours été au cœur des préoccupations de l’action de l’Etat sous la gouvernance judicieuse du Président Bouteflika. Autrement dit, aller vers une amélioration encore plus perceptible du vécu des Algériens est aussi inscrit à l’ordre des priorités du nouveau gouvernement dont l’action est coordonnée par le Premier ministre, M. Abdelmadjid Tebboune. Celui-ci durant toute sa carrière de ministre passée à la tête d’un secteur aussi névralgique que celui de l’Habitat, a toujours montré un vif intérêt pour l’épanouissement de la classe moyenne en général et les couches défavorisées en particulier.

En attestent les différentes formules d’accès au logement pour lesquelles M. Tebboune a été à la fois l’initiateur et le propulseur dans le cadre de la mise en œuvre du programme du Président de la République pour l’Habitat. « Nous allons reloger tous ce qui ouvrent le droit » ce sont là les premiers propos dont a fait part M. Tebboune dès sa prise de fonction officielle en sa qualité de Premier ministre. Il mettra ainsi l’accent sur le parachèvement au complet du programme AADL sans oublier l’éradication des bidonvilles, dont le nouveau Premier ministre a également émis un engagement en ce sens.

Au volet social, la préservation du pouvoir d’achat des Algériens est l’autre priorité du gouvernement actuel. Idem pour ce qui est du maintien de la stabilité sociale qu’il y lieu de promouvoir davantage via le recours à des mécanismes de développement local efficaces et prometteurs comme visé à travers l’instauration des nouvelles wilayas déléguées prévue cette année dans la région du Sud et des Haut Plateaux. Parler de stabilité, c’est aussi faire face aux agissements occultes des adeptes du pessimisme et autres prêcheurs du désespoir que la paix dont jouit l’Algérie grâce à la gouvernance judicieuse du Président Bouteflika semble déranger à plus d’un titre.

Ainsi, il sera aussi des missions du nouveau gouvernement de garantir les meilleures conditions devant assurer une applications idoines des dispositions constitutionnelles contenues dans la nouvelle loi fondamentales adoptée en 2016. Il est surtout question de ces dispositions relatives à la promotion des libertés individuelles et collectives, favorisant l’esprit entrepreneurial et la libération des initiatives pour le bien-être du pays et de la collectivité.

Karim Aoudia .EL MOUDJAHID.

Partager l'article:


Les grands chantiers du gouvernement : Un second souffle aux réformes
Pour vous s'inscrire à la Newsletter veuillez saisir votre adresse e-mail:


Les articles les plus récents dans News

Les articles les plus populaires