Taux d’électrification : L’Algérie leader en Afrique

Mardi 16 mai 2017

L’Algérie arrive en tête du classement des pays africains ayant le meilleur taux d’électrification.

Selon l’indice mondial de la performance de l’architecture énergétique « Global Energy Architecture Performance Index Report 2017 », publié au mois de mars dernier, ce sont les 5 pays d’Afrique du Nord à savoir l’Algérie, l’Egypte, la Libye, le Maroc et la Tunisie, qui arrivent en tête du classement des pays africains ayant les meilleurs taux d’électrification. « Ces cinq pays font partie des 69 pays sur les 127 étudiés, où le taux d’électrification a atteint 100% », indique-t-on.

L’Afrique du Sud (99e rang à l’échelle mondiale) arrive juste derrière ces cinq pays, avec un taux d’électrification de 85,40%. Viennent ensuite le Ghana (64,06%), le Sénégal (56,50%), la Côte d’Ivoire (55,80%) et le Nigeria (55,60%). L’Ethiopie, le Kenya, la Zambie, le Mozambique et la Tanzanie se situent au bas du tableau, aussi bien à l’échelle africaine qu’au plan mondial, avec des taux d’électrification inférieurs à 27%. Ainsi, le taux d’électrification en Algérie la place au premier rang parmi les pays africains. D’ailleurs, 99% du territoire national est électrifié, suite à la réalisation d’importants programmes de développement de la distribution d’électricité et de gaz qui ont ciblé l’ensemble du territoire national.

Le nombre d’abonnés au réseau électrique est passé de 4,5 millions en 2000, à près de 9 millions au début de l’année 2016. Le taux d’électrification est ainsi passé de 88,7% en 2000 à 99% à fin 2015. Mais aujourd’hui, le souci est double. Il s’agit de préserver les ressources énergétiques d’origine fossile et répondre aux défis de l’heure. C’est pourquoi, le gouvernement s’est orienté vers la mise en valeur des ressources inépuisables, tel le soleil, qui place l’Algérie au rang des pays les plus nantis.

Pour rappel, l’Algérie compte lancer un appel d’offres pour la production de 4.000 MW d’énergies renouvelables durant le mois en cours. Pour ce projet le gouvernement impose la mise en œuvre de partenariats dans la fabrication d’équipements. Le ministre de l’Energie et celui de l’Industrie auront la charge d’identifier les entreprises publiques devant participer à la réalisation de ce projet industriel. Le gouvernement a fixé la procédure d’appel d’offres pour le projet de 4.000 MW en énergies renouvelables.

Des appels d’offres à “investisseurs” ou “aux enchères” sont expliqués dans un décret paru au Journal officiel. La procédure d’appel d’offres pour la production des énergies renouvelables ou de cogénération et leur intégration dans le système national d’approvisionnement en énergie électrique est désormais définie dans un décret publié dans le Journal officiel. Selon un décret exécutif publié dans le Journal officiel, cette procédure s’applique aux appels d’offres à investisseurs ou aux enchères “pour la conception, la fourniture d’équipements, la construction et l’exploitation des installations de production de l’électricité à partir de sources d’énergies renouvelables, destinés à la commercialisation’’. L’appel d’offres est à investisseurs, “lorsque son lancement intervient à l’initiative du ministre chargé de l’Energie, pour des quantités d’énergies renouvelables préalablement déterminées” ou aux enchères, “lorsque son lancement intervient à l’initiative de la commission de régulation de l’électricité et du gaz, pour des offres de fourniture d’énergies renouvelables correspondant à une puissance minimale préalablement déterminée” dont le volume annuel “ne peut être inférieur à 10 GWh”.

“L’appel d’offres pour la mise aux enchères de quantités d’énergies, concerne la réalisation d’installations de production d’énergies renouvelables dont les quantités annuelles produites sont comprises entre 10 GWh et 20 GWh par site ainsi que la fixation des quantités annuelles produites par les installations de cogénération dont la puissance électrique ne peut excéder 12 MW”, précise l’article 24.

L’appel d’offres à investisseurs porte sur la réalisation d’installations de production d’électricité à partir de sources d’énergies renouvelables. Il recouvre la conception, la fourniture d’équipements, la construction et l’exploitation d’installations de production d’électricité à partir de sources d’énergies renouvelables, ainsi que la commercialisation de l’électricité produite.

L’appel d’offres aux enchères est, selon l’article 28, ouvert à toute personne physique ou morale, désirant réaliser et exploiter des installations de production d’électricité à partir de sources d’énergies renouvelables et, justifiant des capacités techniques, économiques et financières. Tandis que la participation à l’appel d’offres à investisseurs, est conditionnée par la réalisation d’un projet industriel « sauf, s’il y a lieu, décision conjointe contraire du ministre de l’Energie et du ministre de l’industrie ».

Sarah A. Benali CherifEL MOUDJAHID

Partager l'article:


Taux d’électrification : L’Algérie leader en Afrique
Pour vous s'inscrire à la Newsletter veuillez saisir votre adresse e-mail:


Les articles les plus récents dans News

Les articles les plus populaires