Adrar : cérémonie de signature d’un accord de partenariat pour la construction d’une usine de verre

Mercredi 2 novembre 2016

Le ministre de l’Industrie et des Mines Abdessalem Bouchouareb a présidé dimanche soir au terme de sa tournée dans la wilaya d’Adrar, la cérémonie de signature d’un accord de partenariat pour la construction d’une usine de verre dans la commune de Tinrkouk à Gourara, à l’extrême Nord de la wilaya.

Les autorités locales ainsi que plusieurs investisseurs activant dans la région dans le domaine de l’industrie ont assisté à la cérémonie de signature qui a eu lieu, au siège de la wilaya, entre le complexe national des industries locales, le groupe El Hamel Sidi Moussa et un partenaire chinois.

Le ministre a déclaré, lors de cette cérémonie, qu’au vu de ses atouts économiques, la wilaya d’Adrar tend à devenir à son tour un pôle industriel par excellence à travers le lancement de nombreux projets industriels, citant notamment le projet de réalisation d’une cimenterie dans le cadre d’un partenariat algéro-chinois.

L’usine produira dans un premier temps 1.5 million de tonnes de ciment par an pour atteindre, après extension, 3 millions de tonnes par an, a-t-il indiqué.

La production globale de la cimenterie d’Adrar et celles de Biskra et de Bechar atteindra environ 7 millions de tonnes par an soit 30 % de la production nationale de ciment, a-t-il ajouté, soulignant qu’avec la production des cimenteries implantées à travers le pays, il sera possible de renoncer définitivement à l’importation de cette matière l’année prochaine et de passer à l’exportation une fois l’autosuffisance garantie. 10 milliards de dollars qui étaient consacrés à l’importation du ciment seront ainsi économisés, a-t-il affirmé.

M. Bouchouareb a par ailleurs indiqué que sa visite à Adrar intervient en application des orientations du président de la République Abdelaziz Bouteflika qui avait souligné la nécessité d’accorder une importance majeure au développement du Sud, des régions frontalières et des Hauts plateaux.

"La cimenterie d’Adrar, a ajouté le représentant du gouvernement, contribuera directement à la concrétisation de cette directive après la mise en service de l’usine et l’exportation du ciment vers les pays voisins.

Le ministre a rappelé que son secteur s’attelle actuellement à optimiser ses capacités en assurant une véritable relance économique à travers le lancement de projets stratégiques et structurels en Algérie, hors du secteur des hydrocarbures, dans l’industrie du fer et de l’acier dont la production nationale s’élèvera de deux millions de tonnes à 12 millions de tonnes par an à l’horizon 2019 après la mise en service de l’usine d’Oran. A cela s’ajoute les réserves en phosphate estimées à 2 milliards de tonnes à Souk Ahras et Tébessa dont la production passera l’année prochaine de 2 millions de tonnes à 10 millions de tonnes par an, dont 8 millions seront transformés en Algérie et le reste sera réservé l’exportation.

Un plan de relance du secteur des textiles en Algérie a été également mis en place à travers la signature d’un accord de partenariat avec un partenaire turc, qui permettra, selon M. Bouchaouareb, de relever la production en assurant 94% des besoins du secteur et d’aller vers l’exportation.

Le représentant du gouvernement a précisé que compte tenu de sa particularité climatique, la wilaya d’Adrar sera le maillon le plus important de cette relance du fait qu’elle contribuera à la production de 20 millions de tonnes de coton à travers l’investissement.

M. Bouchouareb a souligné que l’Algérie a franchi de grands pas en matière de diversification et de relance du secteur industriel à travers les réformes engagées depuis 2014, notamment la promulgation de quatre lois en attendant l’adoption de deux lois supplémentaires par l’Assemblée populaire nationale (APN) avant la fin de l’année, portant ainsi le nombre de législations relatives à la diversification de l’économie à 6 nouvelles lois englobant la loi sur l’investissement, les PME, la loi sur le partenariat entre les secteurs public et privé et ce en vue de consacrer l’identité de l’économie nationale et de rompre définitivement avec la dépendance à la rente pétrolière.

Il a mis en exergue le progrès réalisé dans la filière des industries mécaniques devenue une filière nationale après la création de plusieurs branches précisant que cela n’était pas suffisant et exigeait de passer du montage à l’industrialisation par la maîtrise de la matière première.

M. Bouchouareb a souligné l’importance de la mine de Ghar Djebilet (Tindouf) dont une étude de faisabilité économique est en cours.

Un travail est également en cours en coordination avec le ministère de l’Energie pour promouvoir l’industrie dans le domaine des énergies renouvelables pour atteindre les objectifs tracés par l’Etat dans le cadre de sa stratégie visant une production de 22 000 mégawatts à l’horizon 2030, outre les nouvelles technologies où des accords de partenariat étranger ont été signés, ces efforts étant le moyen le plus efficace pour la création de richesses, la diversification de l’économie hors hydrocarbures et la réalisation du développement durable, a soutenu M. Bouchouareb.

Lors de cette rencontre, le ministre a entendu les préoccupations de certains élus et opérateurs industriels liées notamment à l’importance du renforcement de l’infrastructure pour relancer l’industrie et de la promotion de l’investissement dans la ressource humaine pour assurer l’expertise scientifique nécessaire permettant la réalisation des objectifs tracés.

Partager l'article:


Adrar : cérémonie de signature d’un accord de partenariat pour la construction d’une usine de verre
Pour vous s'inscrire à la Newsletter veuillez saisir votre adresse e-mail:


Les articles les plus récents dans News

Les articles les plus populaires