La cogénération : efficacité énergétique et utilisation rationnelle des ressources en gaz naturel de l’Algérie

Vendredi 22 mars 2013

Lors du 1er Forum Algéro-Britannique organisé par l’ambassade du Royaume Uni, Clarke Energy a présenté le concept de cogénération basée sur le moteur à gaz et l’importance de cette technologie pour la mise en œuvre du Programme Algérien des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétique.

La cogénération est la production simultanée d’électricité et de chaleur. Elle permet de couvrir les besoins électriques des gros consommateurs tels que les industries (agroalimentaire, brique, pharmaceutique) les aéroports, les centres commerciaux… tout en récupérant la quasi-totalité de la chaleur émise par la centrale, portant ainsi le rendement global de l’installation à 90%.

A l’heure où la majorité des centrales électriques sont dotées de turbines à gaz en cycle simple dont le rendement avoisine les 30%, la cogénération est un moyen simple d’optimiser les ressources en gaz naturel de l’Algérie grâce à une production électrique plus efficace. A ce titre, Clarke Energy a montré qu’à besoins énergétiques égaux, la cogénération permettait de réaliser 40% d’économie d’énergie primaire et de réduire de 50% les émissions de CO2 d’un client industriel.

En même temps que l’Algérie s’oriente vers des moyens de production alternatifs tels que le solaire ou l’éolien, elle doit préserver ses ressources actuelles en gaz naturel et ne pas les gaspiller. Le potentiel de la cogénération en Algérie dépasse les 1000 MW. En plus de présenter un rendement inégalable, la cogénération permet de soutenir localement le réseau national en décentralisant la production d’électricité, évitant ainsi les pertes de transmission.

Dans de nombreux pays des systèmes de tarification adaptés ont permis le développement de cette technologie. Grâce à son faible coût de production (coût du kWh environ 35% inférieur au coût moyen Sonelgaz), la cogénération n’a pas besoin d’être fortement subventionnée pour être rentable et se développer massivement en Algérie, contrairement aux technologies solaires et éoliennes.

Dans le public, certains grands projets comme celui de la Grande Mosquée se font la vitrine de cette technologie. Dans le privé quelques industriels ont également fait le choix d’investir, car l’amortissement des projets de cogénération avoisine les 4 ans. Mais ces projets sont encore trop peu nombreux car réservés à l’autoconsommation. Pour passer à la vitesse supérieure, la revente de l’électricité produite à partir des systèmes de cogénération doit devenir possible, et ce à un coût intéressant pour le producteur.

Le gaz de décharge : source renouvelable pour la production d’électricité

La deuxième partie de la conférence animée par Clarke Energy était destinée à sensibiliser le public sur le potentiel renouvelable des décharges.

Les décharges par exemple, représentent une source d’énergie entièrement renouvelable. La décomposition des substances organiques forme un gaz possédant une grande proportion de méthane. Convenablement traité, il devient un carburant de haute qualité pour les moteurs à gaz et une source d’énergie entièrement renouvelable.

Chaque million de tonnes de déchets généré par les citoyens algériens produit suffisamment de gaz pour alimenter une centrale de 1 MW pendant 20 ans. A ce titre, la décharge de Oued Smar représente un potentiel renouvelable supérieur à 5 MW. Si celui-ci n’est pas exploité, c’est non seulement plus de 3000 Nm3/h de biogaz qui seront torchés, mais donc autant de gaz naturel qui devra être consommé pour assurer la production de ces 5 MW, et ne sera pas préservé pour les générations futures.

En France et en Angleterre, Clarke Energy a installé plus de 600 MW fonctionnant au biogaz, ce qui a d’ailleurs amené le PDG de la Sonelgaz à visiter l’une de ces centrales lors d’un déplacement en Angleterre (voir article consacré à cette visite ici ). Là aussi pour que ce type de projets se développe, la revente sur le réseau de l’électricité produite à partir de biogaz doit être possible et encouragée par une tarification adéquate.

Le moteur à gaz : valorisation des gaz spéciaux comme le gaz de torche

La dernière partie de la conférence animée par Clarke Energy était destinée à sensibiliser le public sur le potentiel non valorisé des gaz spéciaux.

Les gaz de torche, associés à la production d’hydrocarbures, représentent également une source d’énergie valorisable. L’Algérie à cette année obtenu le prix de la réduction des gaz torchés pour récompenser son action dans ce domaine, mais il reste encore des millions de m3 torchés chaque année. Là aussi, Clarke Energy a montré que ce gaz, dont la composition est souvent proche de celle du gaz naturel, peut être utilisé efficacement comme combustible dans les moteurs à gaz plutôt qu’être brûlé. Cela permet ainsi de préserver les ressources de l’Algérie, tout en diminuant sensiblement la quantité de gaz à effet de serre émise dans l’atmosphère.

Stéphane Michaut, Responsable Commercial / Sales Manager, Clarke Energy Algeria

Partager l'article:


La cogénération : efficacité énergétique et utilisation rationnelle des ressources en gaz naturel de l’Algérie

Les articles les plus récents dans News

Les articles les plus populaires