Pour un enseignement et une formation de qualité dans les pays du Maghreb

Jeudi 21 mars 2013

La nécessité pour l’enseignement supérieur de satisfaire aux exigences d’une formation de qualité répondant aux standards internationaux et aux besoins du marché dans les pays du Maghreb arabe a été soulignée mercredi à Alger par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Rachid Haraoubia.

Pour relever ces défis, il importe de mobiliser les capacités des systèmes éducatifs et d’enseignement dans les pays du Maghreb arabe au service de l’action maghrébine commune, a précisé M. Haraoubia à l’ouverture de la 11e session du conseil ministériel maghrébin de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Le ministre a, dans ce contexte, souligné la nécessaire mise en réseau des établissements éducatifs et universitaires similaires et des centres de recherche scientifique homologues dans les pays du Maghreb arabe dans le cadre d’une coopération efficiente.

Pour M. Haraoubia, cette démarche facilitera le travail des chercheurs et leur permettra de lancer des programmes de recherche communs dans des domaines prioritaires qui participent au développement durable, à savoir l’agriculture, les ressources en eau, les énergies renouvelables, la biotechnologie et la nanotechnologie.

Le ministre a en outre plaidé pour une coopération entre les pays du Maghreb arabe dans le domaine de la valorisation des résultats de la recherche scientifique et le développement technologique par l’adoption de mécanismes idoines et l’échange des expériences.

Dans son intervention, le président de la présente session et ministre libyen de l’Education et de l’enseignement, M. Ali Meftah Abid, a appelé à la conjugaison des efforts entres les pays du Maghreb arabe afin de concrétiser les aspirations des étudiants et des enseignants de la région à la coopération, à l’échange et la complémentarité.

Le ministre tunisien de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Moncef Bensalem , a pour sa part appelé à la mise en oeuvre des différentes recommandations des commissions spécialisées en matière de coopération maghrébine dans le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Il a, dans ce contexte, rappelé l’importance stratégique de l’enseignement supérieur pour le développement durable.

Le ministre marocain de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Lahcen Daoudi, a de son côté indiqué que la recherche scientifique pouvait être une locomotive de l’intégration maghrébine, insistant sur la mise en oeuvre des recommandations adoptées lors des précédentes sessions du conseil.

Il a appelé à impliquer l’université maghrébine dans le processus de développement durable.

Le ministre mauritanien délégué à l’Education nationale, à l’enseignement supérieur et à la recherche scientifique chargé de l’enseignement fondamental, Hamed Ould Hamouni, a quant à lui appelé à définir les perspectives d’une coopération effective et efficiente entre les pays du Maghreb arabe en vue de promouvoir l’enseignement supérieur dans la région.

Pour le secrétaire général de l’Union du Maghreb arabe (UMA), Lahbib Benyahia, la réunion d’Alger se tient dans un contexte particulier marqué par les aspirations croissantes des peuples maghrébins à un enseignement de qualité".

Il a rappelé que le développement du secteur de l’enseignement était une priorité pour les pays de la région.

Partager l'article:


Pour un enseignement et une formation de qualité dans les pays du Maghreb

Les articles les plus récents dans News

Les articles les plus populaires