Trois Centres nationaux de Recherche en projet à l’Université d’Oran

Mercredi 19 septembre 2012

Le recteur de l’Université d’Oran-Es-Sénia a annoncé mercredi que trois Centres de recherche de dimension nationale sont prévus au niveau de cet établissement d’enseignement supérieur.

La chimie verte, la maîtrise des risques majeurs et les sciences expérimentales constituent les vocations thématiques de ces nouvelles structures à caractère scientifique actuellement au stade d’étude, a précisé M. Larbi Chahed dans une conférence de presse consacrée à la rentrée universitaire 2012/2013.

Seront réalisés également quatre plateformes de soutien aux activités de recherche et deux incubateurs destinés à la promotion des projets de jeunes chercheurs, dont un spécifique à la biologie et à la biotechnologie.

Parmi ses infrastructures de recherche, l’Université d’Oran dispose de 90 laboratoires agréés regroupant 1.500 enseignants-chercheurs dans 25 filières telles les sciences sociales et humaines, les langues, la littérature, les sciences et technologies, l’économie et les sciences naturelles.

Le laboratoire de recherche en anthropologie de la santé a été promu au rang d’unité de recherche, a signalé le recteur, ajoutant que son établissement dispose cette année de 16 écoles doctorales de troisième cycle dont neuf nouvelles et sept reconduites avec un total de 91 postes ouverts.

S’agissant des activités de recherche, 1.034 enseignants-chercheurs sont mobilisés à travers 210 projets de type CNEPRU (Commission nationale d’évaluation des projets de recherche universitaire), alors que 700 autres sont impliqués dans 185 projets de type PNR (Programmes nationaux de recherche).

Les travaux des chercheurs de l’Université d’Oran ont fait l’objet en 2011 de 180 articles publiés dans des revues scientifiques internationales, a souligné M. Larbi Chahed, avant d’annoncer la création d’une nouvelle revue spécialisée dans les sciences sociales et humaines éditée dans trois langues (arabe, français et anglais).

En outre, la formation des étudiants est consolidée par la mise sur pied de plusieurs parcours professionnalisant en divers domaines comme l’environnement, la technologie, la psychologie du travail et la sociologie des handicaps.

Au plan de la coopération internationale, de nouveaux accords ont été conclus par l’Université d’Oran avec les consortiums euro méditerranéens "Erasmus Mundus" et "Tethys" ainsi que des universités de France, d’Espagne, d’Autriche et des Etats-Unis d’Amérique.

Les changements climatiques, les ressources végétales en relation avec les produits pharmaceutiques et la surveillance de l’activité sismique figurent parmi les projets de recherche envisagés dans le cadre de cette coopération internationale.

L’ouverture au secteur économique national a été quant à elle renforcée par des conventions de partenariat avec une dizaine de grandes entreprises publiques à l’instar des groupes Sonatrach et Sonelgaz et d’autres du secteur privé.

Par ailleurs, M. Chahed a mis l’accent sur des actions ciblées cette année, dont la réception de la nouvelle bibliothèque centrale de 3.000 places pédagogiques au nouveau Pôle universitaire (Belgaïd, à l’Est d’Oran), et des travaux de réhabilitation du Centre de recherche, d’information et de documentation en sciences sociales et humaines (CRIDSSH).

Pas moins de 46.000 étudiants, dont 8.000 nouveaux bacheliers, feront leur rentrée à l’Université d’Oran le 23 septembre prochain.

Partager l'article:


Trois Centres nationaux de Recherche en projet à l’Université d’Oran

Les articles les plus récents dans News

Les articles les plus populaires