Programme National de Recherche Innovation : Projets nationnaux de recherche innovants

Lundi 24 octobre 2011

Dans le cadre des Programmes Nationaux de Recherche, l’Agence Nationale pour le Développement de la Recherche Universitaire, sous l’égide de la Direction Générale de la Recherche Scientifique et du Développement Technologique, lance les Projets de Recherche "Innovation". Les enseignants chercheurs, hospitalo‐universitaires, chercheurs permanents, doctorants, chercheurs algériens établis à l’étranger, cadres des différents secteurs d’activités nationales sont appelés à identifier des problématiques réelles du secteur socioéconomique et à proposer des solutions, des idées innovantes et des projets créatifs. Cet appel à projets, dans la continuité de celui lancé par la Direction générale de la Recherche Scientifique et du Développement Technologique DGRS-DT en 2010 ayant permis de financer plus de 2600 projets de recherche, a pour objectif de sélectionner les projets porteurs dans le secteur socioéconomique, de permettre aux chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants et cadre nationaux de participer par leur créativité à l’effort national de transférer, pour en faire profiter, les connaissances scientifiques cumulées dans les établissements de recherche vers l’entreprise et la société.

Les propositions, inscrites dans la stratégie nationale de recherche, devront répondre à plusieurs critères qui seront appréciés par un jury compétant (voir critères et modalités de sélection).

La date limite pour la soumission est fixée au 30 novembre 2011 pour une publication de la liste des projets retenus à la fin de l’année 2011.

Les objectifs tracés ont pour ambitions d’assurer le transfert du savoir aux acteurs économiques et sociaux de favoriser l’enracinement de la culture de l’innovation dans la société et initier la mise en place de réseaux et de dispositifs de co‐élaboration du savoir.

L’Algérie a inscrit la recherche scientifique comme facteur essentiel de soutien et d’accompagnement à sa stratégie de développement. Cette politique s’est concrétisée par la mise en place d’un dispositif institutionnel et d’importants investissements financiers. La volonté est de mettre en place un système national de recherche qui soit opérationnel, performant et surtout à même de conduire le pays vers l’économie du savoir.

Dans l’économie du savoir, le système scientifique doit établir un équilibre non seulement entre ses fonctions de production du savoir (recherche) et de diffusion du savoir (enseignement et formation), mais également avec sa troisième fonction de transfert du savoir aux acteurs économiques et sociaux, en particulier aux entreprises, qui auront à l’exploiter. Il s’agit d’un élément capital qui déterminera l’aptitude du pays à assimiler et maximiser la contribution de la science à la technologie et de là au développement de procédés de réalisation et de production à grande échelle de produits et (ou) de service.

Sous l’influence de la mondialisation et des nouvelles technologies, il s’avère que l’innovation est désormais au coeur même du processus de développement économique. L’entreprise, si elle se veut compétitive, se doit de suivre un contexte en pleine mutation et réagir afin de s’adapter. La mission désormais assignée à la recherche est donc de s’orienter vers l’aptitude à apporter des réponses, réactives, aux besoins spécifiques de la société et se mettre en lien avec l’entreprise afin de favoriser le développement économique attendu. L’innovation, avec la recherche et l’enseignement, sera le troisième maillon dans la chaine du développement.

Les projets "innovation"

L’innovation est la mise en application d’idées nouvelles et de résultats de recherche. Il s’agit de l’achèvement de processus de découvertes évoluant en phases. Vient, en premier lieu, la conscience du besoin laquelle stimule la réflexion. La recherche scientifique s’attelle ensuite à cerner les réponses. Suivent les stades successifs de la mise au point, de la production et de la commercialisation et, enfin, la mise en vente et la conquête du marché.

L’innovation peut prendre de nombreuses formes : Ce peut être des ajouts ou améliorations apportés à des produits déjà existants, l’application d’une technologie à de nouveaux marchés, ou encore l’utilisation de nouvelles technologies pour alimenter et booster des marchés déjà assis. L’innovation nécessite donc une intense communication entre les différents acteurs — entreprises, laboratoires, établissements universitaires et consommateurs — ainsi que des allers-retours entre les volets science, technique, développement des produits, fabrication et commercialisation. L’innovation résulte donc des multiples interactions d’une communauté d’agents économiques et d’établissements qui, ensemble, forment un système d’innovation.

Les germes de l’innovation proviennent principalement de l’identification de besoins. C’est dans ce contexte que les projets "innovation" sont lancés. La communauté des chercheurs est appelée à identifier des problématiques réelles du secteur socioéconomique et à proposer des solutions, des idées innovantes et des projets créatifs.

L’objectif premier est de favoriser l’enracinement de la culture de l’innovation dans la société en faisant des problèmes économiques, techniques et technologiques des objets de réflexion. Il s’agit également de à la création, dans la société, d’un esprit de collaboration multilatérale et d’assoir les conditions de changements évolutifs en mettant en place des dispositifs de partenariat dans l’élaboration du savoir et sa mutation vers l’efficience.

En termes d’innovation, deux types principaux sont identifiés :

Innovation de produit ou de service : Elle correspond à la mise au point d’un produit ou service nouveau ou de l’incorporation d’une nouveauté dans un produit ou service existant. Elle vise à modifier la qualité de ce produit ou de ce service afin d’évincer la concurrence ou élargir le marché. Elle peut intervenir en utilisant de nouveaux matériaux, en introduisant des éléments fonctionnels, en modifiant l’aspect ergonomique ou, plus radicalement, en introduisant un produit ou service alternatif. L’innovation en matière de produit et de service prend sa source dans les besoins non satisfaits des consommateurs.

Innovation de procédé : Elle correspond au changement dans l’organisation d’une chaine de fabrication ou de distribution, ou à la mise en oeuvre de nouvelles techniques ou méthodes de production en rapport avec un changement significatif dans l’équipement, les matériaux, le logiciel, la technologie, ou l’introduction d’une fonction radicalement nouvelle qui entraine une modification de fond dans le processus. L’innovation en matière de procédé prend sa source dans les besoins non satisfaits des entreprises. Les ensembles d’innovations de produit, service et de procédé s’entrecoupent du fait que certaines innovations de produit et de service requièrent des innovations de procédé pour assurer leur faisabilité, et que certaines innovations de procédé requièrent ou permettent des innovations de produit.

Nature et degré de l’innovation

L’innovation peut être l’application d’une percée scientifique, une innovation technique notable, une amélioration ou modification technique, le transfert d’une technique vers un secteur différent ou l’adaptation d’un produit existant à un nouveau marché. La nouveauté apportée peut l’être pour le monde entier, comme elle peut ne concerner que les secteurs socioéconomiques du pays, voir l’entreprise qui s’y attache uniquement. L’un des objectifs visés par les projets "innovation" est de promouvoir le transfert de technologie et l’acquisition du savoir faire dans l’entreprise nationale.

Communauté concernée par les projets "innovation"

Dans le cadre de la stratégie nationale de recherche, inscrite dans les différents textes réglementaires y afférant, tous les enseignants chercheurs, hospitalo-universitaires, chercheurs permanents, chercheurs algériens établis à l’étranger ainsi que tous les cadres des différents secteurs d’activités nationales sont appelés à participer dans l’effort national pour la promotion de l’innovation.

Domaines de l’innovation

L’innovation ne peut être restreinte à un domaine en particulier. Toutefois, l’Algérie a ses priorités. Elles sont inscrites dans les Programmes Nationaux de Recherche dont une partie est retenue comme thèmes privilégiés dans le programme quinquennal de développement 2010-2014 de la Direction Générale de la Recherche Scientifique et du Développement Technologique. Les domaines prioritairement encouragés dans les projets innovation sont : la culture, la science et la société ; l’environnement et le développement durable ; Les sciences de l’organisation ; les sciences et génie des matériaux ; la vie et la santé ; les risques majeurs ; les technologies de l’information et de la communication ; l’agriculture, l’agro-ressource, l’agro-alimentaire, l’aquaculture et les ressources Halieutiques.

ANDRU

Partager l'article:


Programme National de Recherche Innovation : Projets nationnaux de recherche innovants
Pour vous s'inscrire à la Newsletter veuillez saisir votre adresse e-mail:


Les articles les plus récents dans 03. Programme national de recherche en Energies Renouvelables

Les articles les plus populaires