Recherche et développement pour accompagner le programme de développement des énergies nouvelles et renouvelables

Lundi 25 avril 2011

L’Algérie favorise la recherche pour faire du programme EnR un véritable catalyseur du développement d’une industrie nationale qui valorisera les différentes potentialités algériennes (humaines, matérielles, scientifiques...etc.) Le rôle de la recherche est d’autant plus crucial qu’elle constitue un élément primordial dans l’acquisition des technologies, le développement des savoirs et l’amélioration des performances énergétiques. Pour l’Algérie, accélérer l’acquisition et le recours aux technologies est essentiel notamment en matière de photovoltaïque et de solaire thermique.

L’Algérie encourage également la coopération avec les centres de recherche en vue de développer les technologies et les procédés innovants en matière d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables. Les universités, les centres de recherche, les entreprises et les différents acteurs du programme EnR collaborent pour sa mise en œuvre et interviennent sur les différentes étapes de la chaîne d’innovation. Ils valorisent ainsi davantage les atouts dont dispose le pays.

En effet, le développement à grande échelle des énergies renouvelables et la prise en charge de la problématique de l’efficacité énergétique exigent un encadrement de qualité en ressources humaines à la hauteur des objectifs et des ambitions du programme EnR.

Outre les centres de recherche affiliés aux entreprises comme le CREDEG, filiale du Groupe Sonelgaz, le secteur de l’énergie et des mines compte une agence de promotion et de rationalisation de l’utilisation de l’énergie (APRUE) et une société spécialisée dans le développement des énergies nouvelles et renouvelables (NEAL). Ces organismes coopèrent avec des centres de recherche attachés au ministère de la recherche scientifique parmi lesquels figurent le CDER et l’UDTS.

Le CDER, centre de développement des énergies renouvelables, est chargé d’élaborer et de mettre en œuvre les programmes de recherche et de développement, scientifiques et technologiques, des systèmes énergétiques exploitant l’énergie solaire, éolienne, géothermique et l’énergie de la biomasse.

L’UDTS, unité de développement de la technologie du silicium, a pour mission de mener des actions de recherche scientifique, d’innovation technologique, de valorisation et de formation post-graduée dans les domaines des sciences et des technologies des matériaux et dispositifs à semi- conducteurs pour des applications dans plusieurs domaines : photovoltaïque, détection, optoélectronique, photonique, stockage de l’énergie...etc. L’UDTS contribue activement, en collaboration avec plusieurs universités algériennes au développement du savoir et à sa transformation en savoir-faire technologique et en produits nécessaires à l’essor économique et sociétal.

Le gouvernement algérien a créé également un institut algérien des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (IAER) qui jouera un rôle fondamental dans les efforts de formation que déploie le pays permettant ainsi d’assurer de manière qualitative le développement des énergies renouvelables en Algérie. Les formations dispensées par cet institut couvrent notamment les domaines d’engineering, de sûreté et de sécurité, d’audit énergétique et de management des projets.

La coopération scientifique étant considérée comme une part essentielle pour le développement de toutes les activités de recherche, l’Algérie encouragera les échanges entre les entreprises et les différents centres de recherches dans le monde, notamment les réseaux spécialisés dans les énergies renouvelables.

MEM

Partager l'article:


Recherche et développement pour accompagner le programme de développement des énergies nouvelles et renouvelables

Les articles les plus récents dans 02. Programme Algérien de Développement des Energies Nouvelles et Renouvelables et de l’Efficacité Energétique

Les articles les plus populaires