Dernières nouvellesEnvironnement

Environnement: une stratégie globale du secteur présentée lors du prochain Conseil des ministres

 La ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables Nassira Benharrats a fait savoir jeudi à Alger qu’une feuille de route définissant les contours d’une stratégie globale tenant compte de l’ensemble des axes du secteur, en tête desquels les projets relatifs à la préservation de l’environnement et au développement de l’économie circulaire sera présentée lors du prochain Conseil des ministres.

Le Conseil des ministres se réunira samedi sous la présidence du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, et se penchera sur plusieurs questions inscrites à son ordre du jour, notamment des dossiers relatifs à la redynamisation et au développement des activités sectorielles dans les domaines de la santé, l’industrie, l’agriculture, l’habitat, le commerce et le commerce extérieur, ainsi que les petites entreprises et les start-up, avait indiqué mercredi un communiqué de la Présidence de la République.

Répondant à une question de l’APS sur la contribution de son secteur au développement des énergies renouvelables, la ministre qui effectuait, en compagnie du ministre délégué chargé de l’environnement saharien, Hamza Al Sid Cheikh, sa première visite dans plusieurs structure relevant de son secteur, a affirmé que son secteur avait élaboré une feuille de route qui sera présentée lors de la réunion du Conseil des ministres.

Il s’agit, selon la ministre, d’une stratégie globale tenant compte des différents axes du Secteur dont la préservation de l’environnement et de la biodiversité, mettant en avant, l’importance de la coordination intersectorielle pour réussir cette stratégie.

A ce propos, Mme. Benharrats a mis l’accent sur l’impératif d’accompagner et de soutenir les start-up porteuses de projets innovants en matière d’énergies renouvelables tout en les sensibilisant quant à l’importance de la préservation de l’environnement.

Signature prochaine de la première convention avec le ministère délégué chargé des start-up

Dans ce cadre, la ministre a annoncé la signature prochaine de la première convention entre son secteur et le ministère délégué chargé des start-up, mettant en avant le grand intérêt accordé par le Président de la République à ce type d’entreprises qui disposent aujourd’hui d’un ministère délégué à part entière.

La convention permettra d’accompagner les start-up porteuses de projets innovants durant les phases de création et de démarrage et de consacrer le contrôle a posteriori afin de les inciter à préserver l’environnement, à développer l’économie circulaire et à contribuer au développement durable, a précisé Mme Benharrats, ajoutant que le Centre national des technologies de production plus propre (CNTPP) accompagnera les start-up porteuses de projets innovants.

La ministre a, à cette occasion, invité les start-up à participer en force au Salon international de l’environnement et des énergies renouvelables de 2020 qui sera consacré aux start-up spécialisées dans l’économie circulaire.

Soulignant l’intérêt accordé par le Président de la République à l’environnement saharien qui dispose désormais d’un ministère délégué, Mme Benharrats a plaidé pour le développement des énergies renouvelables dans le grand sud et les différentes régions du pays.

Concernant l’objectif de sa visite, la ministre a fait savoir qu’il était important d’inspecter les différentes infrastructures du secteur pour la mise en oeuvre du programme du secteur de l’Environnement et des énergies renouvelables dans tous les domaines, dont le contrôle de la pollution et l’accompagnement des entreprises économiques pour faire en sorte que leur production soit plus propre.

Pour ce qui est de la collecte des déchets et le développement de l’économie circulaire, Mme Benharrats a souligné que le développement de ce domaine exige la sensibilisation du citoyen, des collectivités locales ainsi que les entreprises industrielles chargées du tri sélectif.

Pour sa première sortie à Alger, la ministre s’est rendue au Centre national de développement des ressources biologiques (CNDRB), au Conservatoire national des formations à l’environnement (CNFE), à l’Observatoire national de l’environnement et du développement durable (ONEDD), au Centre national des technologies de production plus propre (CNTPP) ainsi qu’à l’Agence nationale des déchets.

Des explications sur le rôle de ces organismes ont été fournies à la ministre qui a donné des orientations sur le renforcement du contrôle de la pollution, en amont et en aval.

Dans ce cadre, Mme Benharrats a relevé la nécessité de créer une banque de données pour le recensement des ressources biologiques, insistant sur l’impératif de la formation et de la sensibilisation des citoyens et des entreprises industrielles quant à l’importance de la préservation de l’environnement.

L’approche du nouveau gouvernement accorde la priorité au service du citoyen, en préservant sa santé qui exige un environnement propre, à travers une coordination entre les différents secteurs concernés, a ajouté la ministre.

APS

Author Details
Sorry! The Author has not filled his profile.
×
Sorry! The Author has not filled his profile.
Latest Posts