Dernières nouvellesEnergies renouvelables

IRRIGATION DE TERRES AGRICOLES À AÏN DEFLA :De nouveaux procédés en cours de concrétisation

Il s’agit d’un programme que l’Union européenne a lancé via la fondation Prima. Premier du genre en Algérie, l’université Djilali-Bounaâma d’El-Khemis s’est engagée à le matérialiser. 

Ce programme concerne la réalisation d’un projet relatif à l’irrigation de terres agricoles avec de nouveaux moyens technologiques en utilisant des procédés qui permettent d’améliorer quantitativement et qualitativement différentes sortes de produits agricoles.

“Le procédé en question utilisé grâce aux énergies renouvelables assure une gestion rationnelle de l’eau destinée à l’irrigation d’une part, et d’autre part il permet aux agriculteurs concernés de gérer économiquement leur foncier agricole”, indiquent nos différentes sources, qui précisent aussi que c’est Dr Amina Richa, chercheuse universitaire dans le domaine agricole, qui travaille sur ce même projet depuis son lancement il y a presque deux ans, et ce, après que ledit projet ait été retenu par ladite fondation.

“Au total, trois projets seulement ont été acceptés par ladite fondation parmi les 10 qui y ont été déposés par 10 pays méditerranéens, dont l’Algérie.  Quant au coût global dégagé par l’Union européenne via la fondation Prima de ces trois projets dont celui de l’université d’El-Khemis bien sûr, il est estimé à 63 millions d’euros”, tiennent à préciser nos mêmes sources.

Pour ce qui est de l’équipe qui travaille sur le projet dont les travaux connaissent un avancement considérable à plusieurs niveaux, il a été fait savoir également qu’elle est composée de chercheurs et de spécialistes en la matière, de plusieurs universités, entre autres Murcia, Alicante (Espagne), l’Institut de l’eau d’Istanbul (Turquie) et l’université d’Oran, outre la participation de la DSA (direction des services agricoles)  et de l’Onid (Office national de l’irrigation et du drainage) de la wilaya de Aïn Defla “qui travaillent sans relâche depuis le lancement des travaux du projet en question afin d’aboutir aux objectifs tracés initialement”.

Il faut également souligner que le site ou le foncier agricole sur lequel les travaux du projet se déroulent, et dont la superficie avoisine 3 ha, est situé à proximité de l’université Djilali-Bounâama, “ce qui facilite la tâche de l’ensemble de ceux qui participent à la réalisation de ce projet”.

Pour sa part, Dr Richa, qui assure également le volet relatif à la coordination des travaux de ce projet, souhaite avoir un réel soutien de l’ensemble des autorités locales de la wilaya et de celles des différents ministères concernés, “car dans un mois au maximum, les travaux attendus sur le foncier agricole seront effectivement entamés, après avoir achevé toutes les actions qui les ont précédés”.

Liberté

Author Details
Sorry! The Author has not filled his profile.
×
Sorry! The Author has not filled his profile.
Latest Posts