ActualitéDernières nouvellesEnvironnement

Environnement: l’Algérie engagée à éliminer graduellement les SACO

ALGER- La ministre de l’Environnement et des énergies renouvelables, Fatima-Zohra Zerouati, a souligné mardi le respect rigoureux par l’Algérie des engagements contenus dans le protocole de Montréal relatif aux Substances appauvrissant la couche d’ozone (SACO).

« L’Algérie s’est engagée à l’image de tous les pays signataires du Protocole de Montréal (1987) à éliminer graduellement ces substances chimiques en éliminant jusqu’à l’instant 1.850 tonnes de SACO », a déclaré la ministre à l’occasion de la célébration de la journée internationale pour la protection de la couche d’ozone.Ce chiffre représente 85% de la quantité globale à éliminer, a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, Mme. Zerouati a rappelé que l’Algérie était le premier pays ayant appelé, en mars 1989, à la création d’un fonds en faveur des pays en voie de développement consacrée au soutien technique et financier, lequel a été créé, effectivement, une année plus tard.

A ce propos, la première responsable du secteur a affirmé que l’effort consenti par l’Algérie, à travers le lancement d’un grand nombre de projets, avait permis d’éliminer ces SACO notamment les projets relatifs au transfert du savoir technique via les technologies modernes outre la formation d’un grand nombre de spécialistes et de techniciens, la mise en place d’un arsenal juridique et l’interdiction de l’importation des SACO.

Le contrôle de l’importation et de l’utilisation de ces substances chimiques est assuré, selon Mme Zerouati par une commission composée de plusieurs compétences représentants les secteurs de la Défense, de l’Intérieur, de l’Agriculture, de la Santé, de l’Industries et des Finances sous la supervision du ministère de l’Environnement et des énergies renouvelables. Cette commission a pour mission de définir et d’attribuer « de manière transparente » un quota d’importation annuel en faveur des sociétés concernées, ajoute la ministre.

Baisse du volume d’importation des SACO à 920 tonnes en 2019

« Le volume d’importation des SACO en Algérie est de 920 tonnes contre 1.200 tonnes en 2013 », indique la ministre.

A ce propos, la ministre a précisé que cette baisse de la quantité d’importation des SACO est due à la substitution de ces derniers par des produits écologiques.

Cette opération se déroule graduellement pour éliminer définitivement ces substances à l’horizon 2030, ce qui implique l’accompagnement des entreprises nationales (publiques et privées) dans la substitution du mode  de production, a-t-elle indiqué.

La célébration de la journée internationale pour la préservation de la couche d’ozone a été proclamée en 1987 et coïncide avec le 16 septembre de chaque année, date de la signature du Protocole de Montréal relatif aux Substances appauvrissant la couche d’ozone (SACO).

Ce protocole, en vigueur depuis janvier 1989, a été signé par l’Algérie le 20 octobre 1992.

Le thème retenu pour l’édition de cette année est « 32 ans après le Protocole, l’ozone en voie de guérison », encourageant ainsi la communauté internationale à poursuivre les mesures de protection de la couche d’ozone.

Présentation ce week-end du premier Plan national Climat en Conseil du gouvernement

D’autre part, Mme Zerouati a annoncé la présentation, ce week-end, du premier Plan national Climat (PNC) en Conseil de Gouvernement.

Selon la ministre, ce plan, premier du genre en Algérie, se veut un outil pour l’application de la politique nationale de lutte contre les impacts négatifs des changements climatiques.

Ont participé à l’établissement de ce plan, dix-huit (18) secteurs ministériels composant la commission nationale du climat présidée par le ministère de l’Environnement et des Energies renouvelables.

La ministre a indiqué que le PNC « vise à faire face à la vulnérabilité du territoire devant les impacts négatifs des changements climatiques dans plusieurs domaines ».

Elle a rappelé, à ce propos, la détérioration du couvert végétal et la hausse de la température, impactant négativement la santé publique ainsi que l’aggravation des grands risques tels que les inondations et les incendies.

Ce plan repose sur la baisse du niveau des émissions de gaz à effet de serre, l’insertion de la dimension climatique dans les politiques de développement et économiques et l’ouverture à l’investissement étranger dans ce domaine.

Aps

Author Details
Rédactrice web, traductrice
×
Rédactrice web, traductrice